Société

Business plan : Victoria Beckham

Depuis le 10 juin, l’Euro 2016 bat son plein en France. Notre pays vit au rythme des matchs, des supporters et d’un hymne non officiel (Bisous à Will Grigg, toujours en feu). Comme dans chaque grande compétition officielle, toute la vie des joueurs est scrutée à la loupe : leurs attitudes, leurs gestes, leurs paroles, mais également leurs compagnes. S’attarder sur le profil de ces WAGS (acronyme pour désigner les « femmes et petites amies » des footballeurs. En anglais « Wife And Gilfriends ») est devenu une tradition, comprendre qui elles sont.

Dès l’instant où ces quelques lettres sont prononcées, une pléiade d’articles voit le jour pour nous expliquer combien elles sont belles, riches etc. La WAGS est devenue un phénomène de société qui fascine. Elle n’a pas de profil type ni de caractéristiques propres. D’un pays à l’autre et d’une culture à l’autre, son style peut passer de la simple michetonneuse au mannequin adulée. Il a suffi d’une seule pour modifier la donne et élever le statut de « femme de footballeur » en un modèle économique lucratif.

 

Le précédent

Quand nous avons fait sa connaissance en 1996, elle s’appelait encore Victoria Adams, chantait avec ses copines marketées sur « Wannabee » et avait hérité du surnom peu chaleureux de « Posh Spice ». Ni bonne chanteuse, ni vraiment sympathique, Victoria Adams n’était pas adulée en dehors de l’entité « Spice Girls ». Néanmoins lorsqu’elle rencontre le footeux David Beckham en 1997 pour devenir sa femme deux ans plus tard, Victoria, tel un René Angelil, voit en David le cygne majestueux qu’il deviendra. Elle comprend surtout qu’une reconversion florissante lui tend les bras.

 

source : Dailymail
source : Dailymail
source : Pinterest
source : Daily Mirror

Le laboratoire

Durant une décennie, Victoria va développer un business plan corrosif reposant sur le duo qu’elle forme avec David. Elle renonce à son statut de pop star pour épouser le rôle de « femme de footballeur » et fusionne avec son mari au point de former une entité indissociable. Pendant dix ans, le duo amuse sur les tapis rouges avec leurs tenues parfaitement accordées et souvent ridicules. Victoria tente tout, teste tous les styles et pendant ce temps, les tabloïds parlent des Beckham. La stratégie média est infaillible : qu’importe la moquerie, tant que l’on parle d’eux. Victoria mise tout sur le duo qu’elle forme avec son mari (contrats publicitaires, tenues accordées et capitalise même sur la liaison de David pour incarnée la mère courage et épouse dévouée envers et contre tout). Elle sait que tant que son mari est sur le terrain, elle reste dépendante de lui et ne peut développer sa propre ambition, autant occuper le terrain médiatique. En 2013, David annonce la fin de sa carrière professionnelle.

L’expansion

Dès l’annonce de la fin de la carrière footeuse de David, Victoria passe à l’action et à pas feutrés pénètre le marché de la mode. En trois ans, Victoria développe sa propre marque « Victoria Beckham », assoie sa notoriété à la Fashion Week et vient d’ouvrir récemment sa boutique à Hong Kong, soutenue par le très métrosexuel David.

source : Capture écran Instagram
source : Capture écran Instagram
source : Capture écran Instagram
source : Capture écran Instagram

Adoubée par Anna Wintour, puissante rédactrice en chef de Vogue US, donc par la sphère mode toute entière, Victoria Beckham est exactement là où personne n’aurait pu imaginer un instant la voir. Pourtant, ce n’est pas faute de nous avoir laissé des indices ces vingt dernières années. Victoria Beckham a créé un style et une manière de capitaliser sur le statut peu considéré de femme de footballeur.

 

Le futur

De simple VRP de la mode cheap, elle a façonné un empire autour du nom Beckham où chaque membre de la famille apporte sa pierre à l’édifice : David enchaîne les contrats publicitaires tout en incarnant le papa de 2016, présent et investi. Victoria développe son empire mode par la création de collections présentées à la Fashion Week, mise sur l’Asie pour l’implantation de ses boutiques. Même les enfants contribuent au succès : Brooklyn, l’aîné, signe quelques contrats publicitaires et surtout forme un couple glamour avec l’actrice Chloé Grace Moretz, sorte de prolongement de ses propres parents. Cruz, le cadet, est l’égérie de la maison Burberry.

Aujourd’hui, la voie est toute tracée pour une nouvelle prétendante au trône des WAGS affranchies. Toutes tentent de sortir leur épingle du jeu avec plus ou moins de classe. Nous n’en retiendrons que deux, plutôt prometteuses : Ludivine Sagna et Erika Choperena. La télévision pour l’une et la mode pour l’autre. L’avenir dira si elles parviendront à atteindre leur illustre aînée.

 

Je suis la fille qui a besoin de regarder entre 6 et 7 fois par an le Seigneur des Anneaux, dans son intégralité et à la suite. J'adore voir le fromage fondu couler sur du pain et je déteste les gens qui mettent la pancarte "Bébé à bord" dans leur voiture.

Envoyer à un ami