Lifestyle

DADA SHOP : la nouvelle bonne adresse déco à Lyon

Décorer son chez-soi est toujours un casse-tête : on cherche la pièce qui dénote, le meuble qui donnera de l’âme à notre intérieur. On aimerait se construire un cocon qui nous ressemble, mais par manque de choix on finit par se rabattre sur l’Ikea du coin.

Le Dada Shop fait partie de ces bonnes adresses déco lyonnaises qui proposent une sélection pointue et abordable. Rencontre avec Inès Dayet, co-fondatrice de ce concept store.

Un projet familial

C’est une histoire de famille qui débuta il y a un an entre Inès Dayet et sa mère Pascale. Inès travaille alors à Paris dans le prêt-à-porter pour enfants, et dans ce cadre fait beaucoup de voyages. Elle puise son inspiration dans les magasins d’Europe, d’Asie et des Etats-Unis. Toutes ces jolies choses ne lui donnent qu’une envie, ouvrir son propre petit shop à Lyon. Elle constate que la ville ne fourmille pas de concept-store déco, « un vrai manque » qui peut mener au succès.

C’est une évidence, le projet se fera avec sa maman, documentaliste lyonnaise passionnée de décoration depuis de nombreuses années : « Ça n’aurait pas pu marcher l’une sans l’autre, on a les mêmes compétences tout en étant très complémentaires ». Des attentes différentes également, puisque Pascale est en fin de carrière, tandis qu’Inès a encore de nombreuses aventures professionnelles à vivre. A priori l’idée de mélanger professionnel et familial semble compliqué, mais pas chez les Dayet : « Ça se passe très bien car on se comprend sur tout, et puis il n’y a pas de hiérarchie entre nous. Bien sûr il y a aussi des moments plus tendus car le côté entreprise et financier est stressant. »

Le petit business fait appel à toute la famille : la sœur s’occupe du site internet, « c’est la troisième par qui on passe toujours avant de prendre une décision », et le père a construit les meubles présentant les produits. 
C’est après une année de travail acharné et de formations suivies que la boutique voit le jour en octobre 2016, 13 rue du Griffon à l’hôtel de ville.

Une sélection pointue au style particulier

Le résultat, c’est cette collection d’objets éclectiques mais liés par ce style si particulier. « L’idée est de mélanger des choses complètement différentes : cactus, sac à dos, chaussettes… tout en restant cohérents, dans un même univers épuré, graphique et ludique ». Cet univers made in Dada, c’est ce mélange d’inspirations autour du monde :  » L’Inde, New York… Et ma sœur vit en Suède, on retrouve une grosse influence scandinave ».
Chaque objet a son histoire. Le sac Bagoo est un réel coup de cœur lors d’un voyage à New York. L’idée des cactus a germé lors d’un marché aux plantes dans le sud, pour finalement devenir la plus grosse vente.

Les fournisseurs viennent de France et d’Europe, pour privilégier du qualitatif plutôt que « de la grosse production à bas prix style Hema ou Ikea ». Du qualitatif à des prix abordables, en moyenne 20-30€, adaptés à une clientèle qui vient souvent dénicher des cadeaux.
Tout ce business est bien compliqué pour deux personnes, car elles achètent en continu et non en gros stocks. « On va vite embaucher quelqu’un car ça devient trop lourd à gérer. C’est un micmac pas possible entre ce qu’on achète, ce qu’on a déjà, la comptabilité, la communication, coordonner tout ça, analyser les ventes… »

Et si cela devient compliqué à gérer, c’est parce que la touche Dada plaît. Presque un an après son ouverture, la petite boutique a connu une ascension remarquable, une succes story qui a été relayée dans de nombreux médias. Pourtant sans grand coup de communication, nous explique Inès : « Je n’avais même pas fait de dossier de presse, et les gens sont venus d’eux-mêmes, ce qui est hyper encourageant ! Je pense que ça vient de mon Instagram personnel, que j’avais travaillé un an et demi avant l’ouverture. Cela avait rassemblé une petite communauté qui a suivi l’histoire et adhéré. J’ai du coup récupéré cette clientèle-là. Et après l’article de Milk Magazine, les parutions se sont enchaînées, ce qui m’a bien aidé ».

Et le Dada shop n’a pas fini de conquérir les chineurs de jolis objets. Place aux photos.

Envoyer à un ami