Société

Defis sur Instagram : « Je ne serai jamais assez maigre »

L’importance des réseaux sociaux dans nos vies n’est plus à discuter. Facebook, Twitter et Instagram se faufilent de partout dans notre quotidien. Leurs petits logos sont présents sur tous nos téléphones, tablettes et ordinateurs, pour nous rappeler que quelque part, quelqu’un est susceptible de nous admirer au travers d’une image retouchée et représentant un sourire forcé.

L’essor des challenges sur le web 

L’image a pris en quelques années une place primordiale sur internet. Tout se transmet par un cliché ou une vidéo, amenant souvent à une mauvaise interprétation du message que l’internaute souhaite faire passer.

Les filles s’assument de plus en plus, se montrent sous toutes les coutures en essayant de toujours être attirantes pour des regards se voulant toujours plus critiques et exigeants. Pour faire rire nos potes, on participe à des challenges bêtes, mais drôles, que l’on poste directement sur la panoplie de réseaux sociaux qui inondent nos smartphones. Le Ice Bucket challenge a connu un pique de popularité non négligeable, ainsi que le Kelly Jenner Challenge, stupide, mais tout de même assez drôle.

Instagram, l’empire de la maigreur

Une photo postée avec quelques hashtags bien placés vous vaudra certainement le like d’une de ces pages vous proposant des techniques miracles pour maigrir. Ces profils sont remplis de photos de corps plus parfaits les uns que les autres et de conseils incitant à se nourrir exclusivement de boissons à base de citron. Bien sûr, le tout en vous promettant une perte d’une dizaine de kilos en un temps restreint. Chacun tente de se faire de l’argent comme il peut et ce n’est pas Instagram qui a inventé ça.

Le plus inquiétant reste pourtant à venir. Dans une société où l’on tente de combattre des stéréotypes de beauté totalement insensés, certaines filles se jettent la tête la première sur des challenges montrant qu’elles, elles sont maigres. Au passage, elles bafouent sans aucune pression l’effort fait par tant d’autres pour que les gens arrêtent de penser qu’on devrait toutes pouvoir rentrer dans un jean taille 36. Comment font-elles ? En participant à des défis qui n’ont pas de sens.

Deux de ces challenges m’ont poussé à écrire cet article, de par leur stupidité affligeante, mais aussi à cause du danger qu’ils représentent pour des filles un peu naïves qui penseraient encore que le secret de la beauté se trouve derrière des likes sur Instagram.

Le premier d’entre eux répond au nom du A4 challenge ou A4 waist. A4 comme la feuille de papier, celle qu’on connaît tous et qu’on met dans notre imprimante. Le principe est d’être assez maigre pour pouvoir se montrer derrière une de ces feuilles. Votre taille ne doit pas dépasser, et attention, on parle bien ici d’une feuille tenue à la verticale. En résumé, pour réussir ce défi, votre taille ne doit pas faire plus de 21 centimètres de large.

Le deuxième s’appelle l’iPhone 6 challenge et est dans le même esprit. Cette fois, ce n’est pas votre taille qui est remise en compte, mais vos genoux. Si vous pouvez les cacher derrière votre iPhone, félicitations, vous répondez aux standards de beauté établis par on ne sait qui.

Les standards du web loin de la réalité

À 22 ans, je possède un IMC de 16,9. Si vous ne connaissez pas trop la valeur de ce chiffre, il signifie que je suis en état de maigreur. Quand je rentre mon poids et ma taille sur le site IMC.fr, la mention suivante s’affiche : « Attention vous êtes en situation de maigreur. Consultez votre médecin ou un professionnel de la nutrition pour en déterminer les causes. Vous devez prendre du poids. ».

Si je tente les deux challenges cités plus haut, je suis grosse. Ma taille dépasse d’une feuille A4 et je ne peux pas cacher mes genoux avec un iPhone 6. Dommage.

Ce qui m’inquiète d’autant plus, c’est que certaines filles voient dans ces défis un indicateur prouvant qu’elles sont « assez maigres pour être jolies ». Un phénomène affligeant quand on sait qu’ici, en France, la taille de vêtement la plus portée par les femmes est le 40. Un chiffre qui, au final, ne veut rien dire non plus, car même avec mon petit 34 et mes vêtements taille 12 ans je ne rentre pas dans le très sélect club des filles « assez » maigre d’Instagram. Pourquoi ? Parce que le poids ou la taille des fringues ne sont pas les seuls facteurs déterminant votre tour de taille ou de hanche. Si je voulais être moins large qu’une feuille de papier, la seule solution serait certainement de me faire enlever les côtes. Tout est une question de morphologie. Même en vous nourrissant uniquement de boissons detox au citron et en faisant deux heures de sport par jour, vous ne pourriez pas aller contre ce que dame nature vous a donné.

Journaliste diplômée et spécialisée en marketing web éditorial. J'aime titiller les sujets sensibles.
  • Sophie koukoum

    Ah bah merde alors…. c’était donc vrai ce truc …. j’en avais entendu parler mais je ne m’imaginais pas que nous étions tomber aussi bas….
    Comment est ce possible ? Comment peut on laissé faire ça ?
    Pourquoi personne ne modère les publications sur ce genre de réseau ?
    Pourquoi ces filles là trouvent public en leur médiocrité ?
    Pourquoi …. pourquoi nous en sommes là ?
    Les humains sont ils si désespérés ?
    Merde alors…. le monde nous échappe et on ne peut être que spectateur de la chute ….. ou bien alors on peut réagir? Non ? OK ….. alors il ne nous reste plus qu’à pleurer …..

  • Pingback: The Blue Whale Challenge, symbole de pression adolescente | Alice()

Envoyer à un ami