Société

Emma Watson nue, toujours féministe ?

À une époque où l’on parle de féminisme un peu partout, on se perd facilement sur le vrai sens du mot, ce qu’il représente. Alors quand une féministe pose topless, c’est toute la toile qui s’enflamme.

Si tu n’as pas suivi le scandale, en voici un bref résumé. Emma Watson, qui est en pleine promotion de son dernier film La Belle et la Bête, a posé topless pour le magazine Vanity Fair. Ceci lui a valu un grand nombre d’insultes, notamment sur la twittosphère. Les raisons de l’incrimination ? Ses détracteurs estiment que poser nue et être féministe seraient contradictoires. Plus précisément, ils la trouvent hypocrite de poser ainsi et de se revendiquer féministe. Toutefois d’autres parlent de liberté de choix sur ce qu’on fait de son corps et précisent qu’oser le montrer est une preuve de son féminisme. Ici, une réelle question se pose sur l’exposition du corps de la femme.

La société arbore le corps de la femme, notamment dénudé, comme un objet. S’il est rare de voir un homme dénudé dans les publicités et les films, ça ne l’est surement pas pour une femme. Cette objectification porte préjudice aux femmes en faisant de leur corps un bien de consommation. Des études ont prouvé que le corps de la femme est regardé comme un « objet » tandis que celui d’un homme est regardé comme une « personne » (recherches de l’université d’Oxford, ndlr). Le corps d’une femme peut être jugé, regardé en détail, analysé, commenté…  Alors que, quand on regarde un homme, on voit un ensemble, on regarde une personne. Quand on observe une femme on va analyser les détails, comme on le ferait pour un objet. Une des particularités d’un objet est qu’il peut être jugé au premier regard, sur des notions uniquement esthétiques.

C’est cette objectification qui mène, par exemple, au harcèlement de rue, aux commentaires désobligeants sur les réseaux sociaux, et certainement au mal-être de centaines de femmes dans le monde. L’idée de la minceur à tout prix est omniprésente dans notre société, tout comme la honte de ne pas avoir de seins, ou bien encore la gêne de se balader en jupe si tes jambes ne font pas trois mètres. Parfois même, on observe une gêne en pensant à l’idée que se ferait certains hommes, qui pourraient penser que si une femme est dénudée c’est tout simplement qu’elle a « envie ».

Une femme qui s’habille pour se mettre en valeur veut forcément plaire

Il est évident que non. Si j’ai mis du maquillage, une robe et des talons ce matin ce n’était certainement pas pour que Robert se permette de me donner son avis. Positif ou négatif d’ailleurs. S’il me trouve jolie tant mieux, mais il n’a juste pas à me faire part de son avis. Parce que je suis une personne, et pas un objet qu’on commente. Je n’ai pas besoin de son approbation, et l’idée même qu’il pense qu’il a le droit de me la donner et que j’en ai besoin, c’est déjà qu’il ne me considère pas vraiment comme son égale. Alors me direz-vous, « Emma Watson a eu tort de poser nue. C’est contraire au féminisme, elle participe à cette objectification massive du corps de la femme ». C’est exactement ce que lui reprochent ses détracteurs.

À ces accusations, ses partisans répliquent une notion tout aussi juste : son corps, son droit. Et c’est tout à fait vrai. Ils nous disent aussi que, pour une femme, se mettre à nu est une action militante. ET C’EST TOUT A FAIT VRAI !

Se mettre à nu, acte militant ou d’asservissement ?

C’est ici que se trouve le plus grand paradoxe sur la nudité de la femme. On en voit partout, mais il n’est pas de bon goût d’en faire autant. Une femme qui se met nue est une « femme facile ». C’est ce double standard qui est en fait horripilant. Tout le monde objective le corps de la femme, donc les femmes devraient cacher leur corps.

La vérité est que dans ses représentations nues, la femme est souvent « au service de ». Au service de la vente d’un objet et au service de l’homme. La femme devient comme une jolie fleur servant à agrémenter un vase. C’est ce type de nu qui pose problèmes dans notre société. Comment expliquer que l’on voit des femmes dévêtues dans presque une publicité sur deux sans problème, mais qu’on insulte les filles en jupe trop courte dans la rue ? Peut-être car on associe le fait de s’embellir et de se dévoiler comme une auto-objectification. Une femme qui montrera sa poitrine dans un décolleté ou qui portera des talons avec sa robe sera cataloguée comme quelqu’un qui « en veut » (deux horribles petits mots). Dans notre société, une femme doit donc rester couverte pour ne pas s’associer aux femmes des écrans et montrer qu’elle se respecte. Cependant, ce n’est pas son respect qu’on lui demande de gagner, mais bel et bien celui des autres. Entendez donc ici qu’elle ne l’a pas d’office. La société impose aux femmes leur façon de vivre et c’est un chemin sinueux entre être coincée et être une fille facile. Principalement car les actions d’une femme sont jugées quand celle d’un homme ne le seront pas. Après tout, un homme à femmes c’est sexy, une femme à hommes, c’est une pute non ?

Alors le nu d’Emma Watson ?

Les vives réactions des gens à cette photo d’Emma Watson nue ne sont que des preuves du besoin que notre société a du féminisme. Ce sont des milliers de gens qui se permettent de commenter l’utilisation qu’une femme fait de son corps. Dans ce cliché, Emma ne vend rien, son corps n’est objet de rien, elle dévoile juste le bas de son sein comme elle a aussi dévoilé ses coudes d’ailleurs. D’ailleurs, tu savais que sous le Roi Soleil montrer ses coudes était bien plus choquant que montrer sa poitrine ?

Alors il est peut-être temps, à ce stade de l’article, de se demander pourquoi ça nous pose tant de problèmes de voir le bas du sein de l’actrice si ça ne nous dérange pas qu’elle nous montre ses coudes. Tout simplement car, peut être, notre problème vient aussi du fait qu’on considère certaines parties du corps comme des tabous alors qu’elles ne sont que ça : des parties du corps. Mais c’est une autre réflexion à mener.

En attendant, je vais mettre ma jupe parce que je suis une fausse féministe et qu’au fond je dois aimer les remarques sexistes qu’on m’offre sur mon passage.

Lyonnaise baroudeuse je suis actuellement au Mexique pour un stage dans une fondation qui aide des enfants des rues. J'aime les Totally Spies, France Gall, les religieuses (le gâteau, qu'on s'entende bien), les paillettes, chanter sous la douche, sauter dans les flaques d'eau et mon chat.

Envoyer à un ami