Culture

Pourquoi notre été cinéma va être bien naze

Alors que vous êtes probablement en pleine révision pour vos examens, Mow Magazine aimerait bien vous dire qu’une fois toutes ces épreuves passées, vous allez pouvoir allez mater des bons films au cinéma entre juin et août. Mais on ne va pas vous mentir : cet été s’annonce bien pourri en terme de sorties ciné. Tour d’horizon.

A Mow Magazine, on n’est certainement pas devin, mais le calendrier des sorties cinéma de cet été 2017 ne nous donne absolument pas envie d’aller y passer du temps. Le cinéma mainstream américain, qui vampirise le box-office estival, ne se renouvelle malheureusement pas. Il est acquis que les blockbusters de cet été vont cartonner, mais il n’est cependant pas certain que l’on y voit grand-chose de neuf.

Du neuf avec du vieux

« C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe » est probablement l’expression préférée des studios hollywoodiens, tant leur tendance à faire du neuf avec du vieux est prépondérante. Si l’on excepte Dunkerque (sortie le 19 juillet), le blockbuster de Christopher Nolan, dont la position ultra-privilégiée au sein du cinéma américain lui permet de faire ce qu’il désire et donc de se renouveler, le reste des grosses sorties américaines de l’été se partagent entre reboot et suites.

Il est impossible de ne pas commencer ce panorama par Baywatch – Alerte à Malibu (sortie le 21 juin). Projet wtf de l’année (en concurrence avec Power Rangers), il réactive la série culte des années 90, qui l’était pour une mauvaise raison : Pamela Anderson. Sans l’ex playmate au casting, qui va probablement faire une apparition clin d’œil dans le film (on prend les paris), on ne voit pas comment le projet va pouvoir dépasser son statut d’ersatz qui vise uniquement en-dessous de la ceinture, d’après sa bande-annonce. Et si vous voulez vraiment vous faire un plaisir coupable, revoyez la série, qui va certainement vous vacciner de l’envie de voir son adaptation.

Toujours en ce mois de juin, le cinquième opus de la saga mongoloïde de Michael Bay, Transformers, va s’échouer sur nos écrans (le 28 juin), ainsi que le nouveau Tom Cruise movie (le 14 juin). Devenu une franchise à lui seul, Tom Cruise fait renaître La Momie dans un reboot de la trilogie des années 2000, avec Brendan Fraser et Rachel Weisz, qui était elle-même un reboot des films de la Universal et de la Hammer. Si on fait plutôt confiance à Tom Cruise pour nous pondre un film honnête, cette logique de régurgitation annihile toute idée de surprise et, donc, presque tout intérêt. Viendront aussi, pèle-mêle, des suites de films d’animations (Moi, Moche et Méchant 3, le 5 juillet ; Cars 3, le 2 août) ou le dernier opus d’une trilogie qui était déjà le reboot d’une longue série de films (La Planète des Singes : Suprématie, le 2 août). Même le cinéma d’horreur ne se renouvelle pas et va nous pondre Annabelle 2 (sortie le 9 août), qui est le spin-off d’Annabelle (2014), mais également le deuxième spin-off et le deuxième prequel de Conjuring : Les dossiers Warren  (2013)… Annabelle est moins une poupée possédée qu’une poupée russe.

Des super-héros, encore et toujours

Cet été, on va également avoir droit à notre dose de super-héroïsme, avec une arrivée et un retour. L’arrivée, c’est celle de Wonder Woman (le 7 juin), la première super-héroïne à avoir son film solo depuis un Elektra de triste mémoire en 2005. DC va essayer de nous faire oublier qu’ils ont commis Batman v Superman et Suicide Squad en 2016. Pas une mince affaire, surtout quand on sait que les films introduisant un nouveau super-héros ne sont pas les plus passionnants et qu’ils se content bien souvent d’être une introduction pour les épisodes suivants, comme dans une série tv. Et que, surtout, Wonder Woman est un hors-d’œuvre avant Justice League, le « Avengers » de DC, qui arrive le 15 novembre.

Enfin, nous verrons le retour de Peter Parker, avec Spider-Man : Homecoming (le 12 juillet). Deuxième (!) reboot de la franchise initiée par Sam Raimi il y a… 15 ans, ce « nouveau » premier opus est le septième film du super-héros depuis 2002. Que pouvons-nous espérer d’original, honnêtement ?

Hors des sentiers battus

Pour sortir des formules toutes faites et des films déjà vus avant d’être visionnés, innovez un peu dans vos choix. Si les pompes à fric des studios que l’on vient d’énumérer ne vous propose rien de neuf, tournez-vous vers les derniers films de grands cinéastes. Cela tombe bien, Terrence Malick sort son dernier long-métrage le 12 juillet, Song to Song. Avec un casting à tomber à la renverse (voir la bande-annonce) et cette mise en scène aérienne si caractéristique du cinéaste, on attend une merveille.

Puis, le 23 août, Sofia Coppola nous dévoilera son nouveau film, Les Proies, qui est la deuxième adaptation du roman éponyme de Thomas P. Cullinan, après celle de 1971 avec Clint Eastwood. Comptons sur l’iconoclasme de la cinéaste pour nous proposer une vision novatrice et féministe de cette œuvre dont l’histoire se déroule durant la Guerre de Sécession.

Et puis, si rien de tout ça ne vous satisfait, il vous reste toujours Netflix.


Crédit photo de couverture : Warner Bros. Entertainment Inc. and Ratpac Entertainment, LLC / Clay Enos

Envoyer à un ami