Société

Explicite, des journalistes associés mais surtout connectés

Tout commence par cette grève de 31 jours, entre octobre et novembre 2016. C’est la mise en examen de l’animateur Jean-Marc Morandini (proche de Bolloré, principal actionnaire du groupe Canal Plus), dans une enquête révélée par Les Inrocks. Il devait présenter « Morandini Live », sur i-Télé, et il le fera. Dès lors, certains journalistes de la chaîne d’information en continue s’indignent de la réaction de leurs dirigeants. Le jeudi 13 octobre, la chaîne propose aux journalistes grévistes de partir, en invoquant leur close de conscience. Un mois après, la grève prend fin, mais pas les revendications.

« Du contenu de qualité en toute humilité »

54 (sur près de 100) anciens de chez i-Télé se rejoignent, pour continuer à exercer le métier, au sens qu’ils l’entendent : de manière libre et impartiale, dans le respect de l’information et de la liberté d’expression. Ils sont 50, et ils créent Explicite, journalistes associés. L’idée est de proposer du contenu exclusivement via les réseaux sociaux. « Twitter, Facebook, Youtube, deviendront probablement les uniques sources d’informations de demain », peut-on lire sur leur page de crowdfunding. Il est vrai que la plupart de l’information se trouve désormais sur les fils d’actualité Facebook et Twitter. Mais il n’est pas toujours évident de démêler le vrai du faux.« Il est de notre responsabilité de journalistes d’investir ces plateformes pour proposer du contenu de qualité en toute humilité », expliquent-ils sur leur page de financement participatif.

« On veut entendre ce qui se dit, et y apporter une réponse journalistique », précise Olivier Ravanello, fondateur de l’association Explicite, lors de la conférence de presse du média. C’est donc via des plateformes où ils pourront échanger (Twitter, live Facebook et Periscope par exemple) avec les internautes que les journalistes d’Explicite feront leur travail. Bien moins chers qu’une chaîne d’informations en continue, les applications et sites web précédemment cités permettent aussi une grande visibilité.

150 000 euros demandés via Kiss Kiss Bank Bank 

Mais pour que tout ça aille encore plus loin que les quelques directs Facebook et Periscope, il faut plus. Plus d’argent, pour plus de moyens. Des caméras, des logiciels de montage, etc. Ces chômeurs journalistes travaillent pour l’instant sur leurs fonds propres, ils n’ont pas de revenus. Donc, forcément, pour aller réaliser des reportages sur l’investiture de Trump aux USA, les anciens d’i-Télé ont payé eux-mêmes leurs billets d’avion. Pour continuer leur travail, les journalistes d’Explicite ont mis en place un crowdfunding sur le site Kiss Kiss Bank Bank. Bien qu’en admettant que le seul moyen d’être viable, c’est d’avoir un actionnaire (en signant une charte déontologique, en référence au conflit avec i-Télé), les journalistes misent tout sur cette levée de fonds. Sur les 150 000 euros demandés, l’association a déjà récolté plus de 15 000. Il ne reste désormais plus que 30 jours pour soutenir Explicite.

 

 

 

Apprenti journaliste en Master I, lyonnais dans l'âme mais le coeur en Provence.

Envoyer à un ami