Culture

Faut-il réellement adouber The Crown ?

Un personnalité, un monument historique, que dis-je, un mythe ! Elisabeth II se voit enfin consacrée par une série Netflix, « The Crown ». Entre série people et biopic, « The Crown » se veut être fidèle à l’histoire si particulière de la reine d’Angleterre, sans tomber dans le récit politico-historique gnangnan.

Dans la première saison, les bases sont posées. Les décors somptueux (140 millions d’euros de budget, s’il vous plaît) sont servis par des acteurs au flegme britannique exacerbé. La reine est incarnée au petit écran par Claire Foy, anciennement Anne Boleyn dans « Wolf Hall ». La jeune femme excelle dans un rôle tout en finesse, nuances, et surtout sincérité. Même si la ressemblance n’est pas frappante, les costumes sont assez efficaces pour que le spectateur se sente immergé au coeur de la fin des années 40, là où tout commence.

Le début d’un règne culte

Pour tout vous avouer, ne pas spoiler est ici un exercice bien délicat. Mais si vous voulez absolument savoir la fin de l’histoire, il suffit –simplement- d’ouvrir un livre… d’Histoire. Quoiqu’il en soit, la première saison débute fort, voire très fort. La jeune Elisabeth n’est pas encore reine qu’elle se voit déjà confier une tournée en Afrique. Un tour écourté par un deuil qui l’amènera directement devant la couronne. C’est ainsi qu’à seulement 27 ans, Elisabeth devient Queen Elisabeth II. S’en suit ensuite le début d’un règne culte, tout en finesse et en concession. Faisant, au début, face au solide Churchill, la Reine ne se démonte pas. Au fur et à mesure que la saison avance, Elisabeth II gagne en confiance, ce qui ne présage que du bien pour la deuxième saison.

Une saison 1 sans réelle fausse note

Sans en dévoiler davantage, « The Crown » dessert ici une flopée d’artistes au talent bien trempé. Que ce soit l’acteur Matt Smith en Philip Mountbatten, qui excelle dans le rôle d’un mari frustré, ou bien John Lithgow en Winston Churchill, à qui la transformation physique lui va comme un gant, le casting est solide.

Une saison 1 sans réelle fausse note donc. On regrettera juste un milieu de saison un peu long, dans l’intrigue entre la Princesse Margaret  et son amant Peter Townsend, ancien conseiller du roi.

Selon les informations de Hollywood Reporter, la saison 2 sera « post Churchill » selon Peter Morgan, le créateur et scénariste de la série, « qui commencera au milieu des années 60 ». Pour l’instant, la date de sortie et de diffusion de cette deuxième saison n’a pas encore été communiquée. Le temps pour vous de dévorer la première.

 

 

 

Apprenti journaliste en Master I, lyonnais dans l'âme mais le coeur en Provence.

Envoyer à un ami