Lifestyle, Société

Instagram : quand nos textos d’amour sont révélés au grand jour

Si les grands littéraires se sont inspirés de l’amour pour nous livrer des chefs-d’œuvre bouleversants, ils n’en ont certainement pas le monopole, et celui-ci devient même le support de nouvelles dynamiques numériques. Internet est souvent présenté comme un grand marché de l’amour et du sexe, reflet d’une génération complètement paumée en amour. 

S’ils nous font peut-être vivre l’amour par médiation en nous donnant accès à une sorte d’idéal lointain, de nouveaux projets voient le jour en nous proposant des instants, des petits souffles seulement, créant une atmosphère et laissant place à notre libre interprétation. À lire sur quelques notes sucrées pour mieux s’y plonger, on ne présente plus le célèbre compte @amours_solitaires qui offre tout un éventail d’émotions, en recensant des échanges amoureux authentiques par sms. Premiers signes d’ambiguïté précédant peut-être une histoire, déclarations ou messages de rupture, les « écrivains 2.0 » s’autorisent à jouer la carte de l’humour ou parfois à être aussi lyriques que s’ils écrivaient une lettre. D’autres formes d’expression émergent sur la plateforme, tel que le compte @ete_arte sur lequel on suivait une bande dessinée à raison d’une planche postée chaque jour. On y rencontre Abel et Olivia, qui décident de passer un été entier séparés. Peur de l’engagement, sexualité, drague, manque, tout cela accompagné de bandes sonores… Chacun peut y retrouver un peu de soi.

Entre voyeurisme et confessions

On aimerait dire que ce n’est pas générationnel et pourtant : ce sont bel et bien les réseaux qui nous confrontent à ces différents types d’amour et de désir, et leurs multiples facettes. À l’heure où l’on expose tout sur les réseaux, augmentant cette dimension de la solitude et du paraître qui les caractérise, est-ce que ce n’est pas alors un pas de plus dans l’intimité ? Il y a une sorte de voyeurisme dans ces confessions, dans des messages qui n’ont rien de prétentieux et qui pourtant, destinés à une personne en particulier, se retrouvent partagés pour plus de 25 000 abonnés.

Mais il s’agit peut-être de voir, dans cette petite dose d’amour quotidienne si juste et universelle, de l’audace dans une nouveauté qui recrée une poésie. À travers une nouvelle utilisation du réseau initialement destiné au partage de photos où prime l’apparence, ces projets dévoilent une intimité pourtant inconnue, loin d’une image type de l’amour comme modèle unique. Ils nous proposent plusieurs amours, toutes vraies, dans lesquelles on pourra se reconnaître ou se projeter, se décomplexer voire fantasmer. Ces représentations diverses d’un amour heureux ou déchiré à travers des post drôles, attendrissants ou tragiques, illustrent ainsi une génération qui veut encore explorer l’amour, mais qui pourtant veut le vivre, cet amour détaché ou passionné, un peu paumé, mais partagé.

Et si

A post shared by Amours solitaires (@amours_solitaires) on


Crédits photo de couverture : @jordantiberio

Envoyer à un ami