Société

L’Art du come-back

« Personnalité artistique, sportive, politique, reprise de sa carrière ; regain de vogue pour quelque chose qui était désuet »

C’est ainsi que le dictionnaire Larousse définit le come-back et cette définition s’applique, étonnement, à beaucoup de monde ces temps-ci. Il faut croire que cette période de notre Histoire, un poil sinistre, nécessite que l’on fasse revenir nos vieilleries d’antan pour nous apporter un peu de réconfort nostalgique à notre triste sort.

L’appât du gain

C’est ainsi que sortis des fourrés, surgissent nombre de personnes souhaitant revenir sur le devant de la scène. Les raisons de leur retour peuvent être nombreuses (money money) et les intentions plus ou moins louables. Quoi qu’il en soit, un come-back doit se préparer. Il ne s’improvise pas, à moins de vouloir s’exploser en plein vol et s’enterrer médiatiquement définitivement.

Pour commencer, il est nécessaire de s’assurer que l’on soit encore désiré. Ah le désir. Le feu de la passion. De préférence, alimenté par une indéfectible fan base, pleurant votre retour. Ils vous aiment, vous réclament, parlent de vous et vont vous font gagner de l’argent. Comment résister ?

C’est certainement ce que se sont dit Mel B, Geri et Emma lorsqu’elles ont annoncé le retour des Spice Girls. Retour bancal puisque Victoria et Mel C ont préféré décliner. La première fait son trou dans la mode et la seconde sentant qu’une énième promesse de réunion, pas au complet, serait peut être l’assassinat du mythe Spice Girls. Comme Mel C, je pense que pour le coup, il faut laisser les Spice Girls là où elles sont, au Panthéon des 90’s et peut être essayer de trouver une autre activité lucrative.

Source : Elle.fr
Source : Instagram

Besoin d’amour

Dans un autre registre, il y a 2017 et l’élection de notre président. Bien entendu, tout le monde veut sauver la France, nous donner de l’emploi, de la richesse, blabla. Mais celui qui fait sensation en ce moment, c’est Nicolas Sarkozy. L’ex qui lâche pas l’affaire. Après l’annonce de son retrait de la vie politique, après avoir renfloué ses caisses grâce à ses conférences, après être resté brièvement tapis dans l’ombre, le voilà à nouveau entré dans la lumière. Que l’on soit d’accord ou non avec ses idées, Sarkozy maîtrise sa communication et dégaine un livre/programme/annonce officielle de sa candidature à l’élection dans le plus grand des calmes. Mi tournée de signature de son livre, mi campagne électorale, présence médiatique. Ce come-back attendu se déroule comme prévu. Mais la route est longue. A surveiller.

Source : Le Monde
Crédits photo : JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP

Pour la postérité

Autre come-back à surveiller : le couple Drake/Rihanna. La grande déclaration de Monsieur à Madame en a ému plus d’un. Ce pauvre Drake sort de huit ans de friendzone confiant et sûr de lui. Lors des Video Music Awards, Rihanna se voit remettre un prix des mains de Drake. Ce moment, qui aurait dû être à la gloire de Madame, devient l’officialisation du couple et surtout l’occasion pour Drake de dire que oui, il est fragile, oui il a lutté, mais oui ça a fini par payer. Quel incroyable happy end porteur d’espoir pour tous les friendzoné(e)s de la planète. Les américains nous surpassent toujours dans l’art de la mise en scène et de l’entertainment. Un come-back bien huilé mais qui, espérons pour Drake, ne finissent pas en pétard mouillé. Il est évident qu’il a attendu ce moment depuis bien longtemps. Pour Rihanna, j’en suis moins sûre. A guetter de loin.

Source : Purebreak
Source : Purebreak

Qu’il soit politique, people ou divertissement, le come-back peut s’appliquer partout. Le filon est lucratif comme en témoigne la tournée Stars 80 qui fait salles combles et remplit le cœur des nostalgiques. En plus d’être soigneusement étudié, le come-back doit arriver au bon moment. Globalement, ce qui a été un succès, doit attendre une décennie pour revenir en grâce et à la mode. Il y a eu des échecs, mais également de jolis succès.

Par exemple, le reboot de Mad Max avec Tom Hardy reprenant le flambeau de Mel Gibson : 10/10. Celui de Jumanji avec The Rock actuellement en production : ?/10.

Tout est donc une question de timing, de cohérence, de créativité et de communication. Le come-back a encore de belles exploitations devant lui. La question est de savoir si celui-ci permet de faire vivre le mythe et de l’épanouir davantage ou au contraire le traire jusqu’à la derrière goutte et le vider de son âme.

Pensée émue pour Le Petit Journal.

Source : Facebook Le Petit Journal
Source : Facebook Le Petit Journal
Je suis la fille qui a besoin de regarder entre 6 et 7 fois par an le Seigneur des Anneaux, dans son intégralité et à la suite. J'adore voir le fromage fondu couler sur du pain et je déteste les gens qui mettent la pancarte "Bébé à bord" dans leur voiture.

Envoyer à un ami