Culture

Les Nouvelles aventures de Sabrina : gloire aux femmes et au glauque

Nous vivons une décennie qui n’est pas forcément moins créative que par le passé mais qui est juste assez fainéante et qui aime l’argent. De ce fait, les reboots sont un peu vos lasagnes Fleury Michon micro-ondables : vous vous rappelez de la version originale, du coup « pourquoi pas ? »

Hello Darkness, my old friend

Donc pourquoi pas tester ces nouvelles aventures de Sabrina, qui d’ailleurs auraient dû s’appeler « Les aventures que la Sabrina Spellman de 1997 n’aurait jamais vécues » et aurait parfaitement illustré ce qui t’attend sur ces 10 épisodes. Si tu étais là en 1997 devant KD2A, il ne t’a pas échappé que ce nouveau Sabrina a opté pour un virage clairement sombre (ndrl : lol). Là où la version de 1997 transpirait le « American Way of Life » et restait sur un ton léger, comique, un peu loufoque, des tenues imprégnées 90’s, la version de 2018 a tout simplement brûler le tout pour bâtir sa nouvelle mythologie post-attentat, post-crise économique, post-#MeToo sur les cendres de sa grande sœur. Okay pour le reboot mais il faut montrer que l’on est différent et surtout que l’on vit avec son temps. Un temps joyeux.

©Netflix

Les femmes, piliers de ce reboot

Ces dix épisodes sont une sorte de fête d’Halloween qui ne s’arrête jamais : des costumes, en passant par les lieux, les lumières, la caméra (note au réalisateur : il faut faire la mise au point, ce flou sale donne l’impression d’être ivre, c’est gênant) se promène dans ce Greendale brumeux où l’on fait la connaissance de cette nouvelle Sabrina Spellman, jouée par Kiernan Shipka (Mad Men, Les Enfants du péché). Oubliez l’ironie de Melissa Joan Hart, ici Kiernan livre une Sabrina intense, mature, partagée entre sa destinée de sorcière et sa vie au milieu des mortels, mais pas une franche rigolote. On prend plaisir à retrouver les deux tantes, Zelda et Hilda, jouées impeccablement par Miranda Otto (Le Seigneur des Anneaux) et Lucy Davis (Shaun Of the Dead, The Office UK). Le nouveau Harvey Kinkle a gardé les traits de l’ancien : il manque de fulgurance intellectuelle mais reste le bon gars qu’il était. Le vrai est avec Salem, toujours présent mais malheureusement inutile. Difficile de justifier un Salem drôle et sarcastique dans cette version venue des Enfers. Mais de nouveaux personnages viennent étoffer le quatuor original : plus de diversité et surtout plus femmes. Ce Sabrina 2018 tient à se mettre de leur côté et souhaite mettre en lumière certains combats et surtout l’entraide. Les femmes de ce reboot vivent toutes des événements plus ou moins grave et plus ou moins difficile. Des combats qu’elles mènent seules mais sont soutenues et épaulées par les autres car malgré les divergences d’opinions, les femmes se retrouvent dans l’unité.

©Netflix
©Netflix

Le sang gicle mais il y a des jardins qui font revenir à la vie, donc c’est cool

Le message est donc plutôt positif et aide à digérer l’emballage sanglant de la série. Selon votre niveau de superstition ou de croyance, vous pourrez être potentiellement gênés ou perturbés par certains événements ou choix moraux de la série. De toutes façons si globalement les représentations physiques du Diable et de signer un vieux bouquin avec son sang pour donner sa vie au « Dark Lord », cela devrait le faire.

©Netflix

Cette nouvelle version de Sabrina est la version gothique de son aînée avec des questionnements propres à notre époque. J’ai bien aimé ce reboot, il a l’image d’aujourd’hui. Je suis curieuse de voir ce que donnera la saison 2, j’espère même qu’elle sera plus glauque que la précédente pour quitter définitivement le sillage de son aînée et assumer cette voie qu’elle tend à prendre : une série abordant les thématiques de l’adolescence sur un versant plus sombre. 


Les Nouvelles aventures de Sabrina (« Chilling Adventures of Sabrina ») – dispo sur Netflix

Crédit photo de couverture : ©Netflix

Je suis la fille qui a besoin de regarder entre 6 et 7 fois par an le Seigneur des Anneaux, dans son intégralité et à la suite. J'adore voir le fromage fondu couler sur du pain et je déteste les gens qui mettent la pancarte "Bébé à bord" dans leur voiture.

Envoyer à un ami