Lifestyle

Le Double Mixte en mode « vintage »

C’est une véritable immersion dans les années vintage qui s’est produite lors du festival de cette culture rétro. Le Double Mixte à Villeurbanne a accueilli plus de 80 exposants, qu’ils soient particuliers, professionnels ou collectionneurs.

Retour vers le passé

Les codes, le style, la nourriture, la musique,  les objets… en l’espace de deux jours, vous étiez plongés dans les années 40 pour seulement cinq euros. Les visiteurs ont d’ailleurs joué le jeu, en s’habillant comme tel.

Si ces derniers étaient ravis, leurs porte-monnaies ont sûrement dû être vides à la sortie.

Des prix variés, en fonction de la qualité et de l’ancienneté : comptez 20 euros pour un sac rouge en simili-cuir, et 150 euros pour du vrai cuir. 60 euros minimum pour les robes rétros, tant magnifiques qu’onéreuses. Des affiches de film entre 5 et 20 euros, des voitures de collections (en miniatures, on vous rassure) allant jusqu’à 35 euros.

À titre personnel, cette photographie – collée sur carton – de Louis de Funès posant avec Michel Galabru a su attirer mon attention pour 20 euros.

 

Un piano peu commun

Et pour les oreilles les plus fines, vous auriez même pu acheter un piano mécanique pour 1 200 euros ! Sa particularité ? Il se joue sans pianiste ! Les touches et les pédales sont actionnées par des mécanismes pneumatiques ou électriques. 

Il existe deux types de pianos mécaniques : le pianola et le piano automatique.

Ici, nous avons affaire au pianola, que l’on peut comparer à une boîte à musique.

Un peu d’histoire…

Le pianola est un piano mécanique qui reproduit la musique par système pneumatique à partir de rouleaux de papier perforé. Le principe de fonctionnement ressemble à celui des boîtes à musique : un cylindre en bois clouté tourne sur lui-même, entraîné par un moteur à ressort spiral, les clous décollent les marteaux des cordes et une fois que le clou s’est échappé, un effet ressort rappelle le marteau et fait jouer la note, une manivelle sert à remonter le ressort spiral qui fait tourner le cylindre sur lui même.

Au XIXe siècle, le papier perforé était produit industriellement, car il était le seul moyen permettant de reproduire de la musique.

De nos jours, il n’y plus de fabricant de papier perforé ni de piano mécanique, mais il existe un marché de l’occasion : on peut trouver des modèles de pianola entre 500 € et 5 000 €, selon le modèle et l’état, on peut trouver des rouleaux de papier perforé à partir de 10 € et parfois même des lots chez des antiquaires. (piano.ooreka.fr)

 

Pour son vendeur, « c’est la première et dernière fois que j’expose parce que c’est beaucoup d’énergie pour pas grand chose ». Mais s’il est là, c’est « parce que j’ai du bazar à débarrasser ». En ce qui concerne son bien le plus tape-à-l’oeil, c’est un piano mécanique datant tout de même de 1982 ! Un bien qu’il souhaite voir chez un autre particulier. 

Vintage, comme Marylin Monroe !

Samedi 14 janvier à 15h au salon vintage de Lyon, Claudine Cherrylin a organisé et commenté un défilé rétro, avec la complicité de Tante Lisette et Atmosphère Rétro. Si Marion Dollykitten et Evorah étaient les modèles, nombreuses sont les participantes – et même un participant ! – a avoir joué le jeu en se présentant au stand Tante Lisette – Atmosphère Rétro.

Avec des robes hippies chics et bohèmes et des vêtements des années 80, les curieux badauds ont passé un agréable moment visuel, rempli de créativité.

Des tenues de soirées, en passant par des robes actuelles auxquelles accessoires des années 40 sont venus s’ajouter, sans oublier les tenues pin-up…

Retour en images sur ce moment…

 

Envoyer à un ami