Culture

Le metal ? Pas si beauf que ça !

Quand on ne le connaît que de loin, le metal est un univers assez flou, presque parodique. On en retient une mélodie agressive qui explose les tympans, des cheveux longs, du noir et des mecs qui s’empiffrent de bières à longueur de journée. Très sensuel ! Autant de préjugés qui nous amènent à éviter ceux que l’on peut considérer comme des ploucs.  Mow Magazine a donc formulé toutes ces images en question. Des interrogations auxquelles Baptiste, le guitariste d’Extravasion, a vaillamment répondu.

 

(NDLR: Cet article aborde le metal dans sa plus grande simplicité, il s’adresse à un public pour qui cet univers est totalement inconnu. L’histoire du metal est en vérité bien plus complexe.)

 

Mow Magazine : La musique metal, lorsque l’on en est pas vraiment friand, c’est surtout des bruits sourds et violents. Mais qu’expriment-ils réellement ? Une idéologie antisystème, de la colère ?

Baptiste : C’est une musique qui vient des années 80. Le metal est avant tout de la violence parce que l’on était en plein milieu de la Guerre Froide quand c’est arrivé.

Donc c’est plutôt contestataire. De la colère oui, aussi, parce que ça s’adresse surtout à une classe sociale qui n’a pas beaucoup d’argent, c’est très prolétaire. A l’époque le disco était presque omniprésent à la radio. Ces gens avaient envie d’une musique qui ressemble à la vie qu’ils avaient, pas du disco.

Ils avaient besoin d’une musique violente pour pouvoir s’exprimer. C’est pour ça que le metal peut paraître très dur et agressif à l’oreille.

(NDLR: Le metal est né à la fin des années 1960 mais il a été popularisé dans les années 1980)

Et quelles en sont les influences musicales ?

Ça vient surtout du blues, et après du jazz pour tout ce qui est technique, mais c’est surtout le blues parce que c’est une musique qui a beaucoup de feeling. Le blues est une musique très expressive, qui part d’un sentiment de mélancolie, de tristesse et de colère aussi : il y a des blues très enragés. Et sachant que le blues a donné vie au rock et au hard rock, notamment Led Zeppelin dans les années 70, après on a dérivé petit à petit sur le métal.

Le metal peut également se rapprocher de la musique classique dans sa composition. Ecrire un album demande un lourd travail et une certaine virtuosité. D’autant plus qu’une seule chanson peut durer 15 minutes !

 

Dans le metal il y énormément de sous-genres, un peu plus de 40.

 

Est-ce que le heavy metal a lui-même créé des dérivés du genre ?

Ah oui ! Parce qu’évidemment le heavy metal c’est le précurseur, le premier style de metal qui est apparu.

Dans le metal il y énormément de sous-genres, un peu plus de 40. Par exemple on a le Trash metal, le Death metal, le Black metal, le Doom, le Hardcore….

Les gens ont vraiment l’impression que c’est une musique qui est pauvre. Mais il y a tellement de courants de pensée, d’attaques différentes dans le metal… Il peut même avoir du metal joyeux !

 

Les Metalheads (metalleux) s’habillent généralement en noir, on vous confond parfois avec des gothiques, voire des satanistes …

Aujourd’hui, la plupart des gens qui écoutent du metal achètent des t-shirts noirs parce que le metal est devenu un business.

Tu as des sites internet qui brassent des millions et des millions d’euros en vendant des articles metal, avec des bracelets à clous etc. On est plus dans l’aspect commercial de la chose. Tous les gens qui ne connaissent pas bien la culture metal, ou qui sont juste en train de s’initier, vont vouloir s’habiller en noir avec des trucs gothiques et des croix inversées – d’où le rapport au satanisme. Et je pense que c’est de là aussi que vient le préjugé.

Mais sinon la majorité des Metalheads confirmés dans ce milieu ne s’habillent absolument pas tout en noir. Il y a aussi le fait que la plupart des t-shirts de groupes sont noirs vu que les pochettes d’album sont très colorées et ressortent mieux sur cette teinte.

La pochette de l’EP du groupe Extravasion (prévu pour le 5 mars)

 

Est-ce qu’il existe d’autres caractéristiques du style vestimentaire dans l’univers du metal ?

Bien sûr !  Le metal c’est un peu comme une grande famille mais avec beaucoup de sous-genres, des petites fratries qui ne peuvent pas se piffer entre elles. Dans le Black metal, ils s’habillent souvent tout en noir, avec du maquillage blanc et noir pour rappeler les rites païens. C’est un style scandinave. Dans le Trash metal, ils sont souvent en jean et marcel blanc avec des baskets montantes, un peu comme des Converses. Dans le Death ils ont des treillis militaires, avec des rangers. Chaque style de metal a un peu son code vestimentaire, son idéologie et sa façon de vivre.

 

Quand on secoue la tête, c’est un peu notre manière à nous de marquer le rythme, de ressentir la musique.

 

Enfin, une question existentielle ! Que signifient les cheveux longs et le headbanging ?

Je pense que ça n’a aucune signification particulière … Les cheveux longs sont ultra populaires dans le metal même s’il y en a de moins en moins. C’est peut-être parce que c’est une musique qui vient d’une idéologie très sixties/seventies.

Pour le headbanging, dans le metal il n’existe pas de pas de danse possible. Quand on secoue la tête, c’est un peu notre manière à nous de marquer le rythme, de ressentir la musique.

En revanche, au lendemain d’un concert on n’arrête pas de se plaindre parce que l’on a mal au cou ! En vieillissant on le fait de moins en moins évidemment.

 

Adepte de chorégraphies ridicules, bien cachée dans sa cuisinehttps://lapinsclochettes.wordpress.com/

Envoyer à un ami