Culture

Mowsique – Playlist #3

Quelqu’un a dit un jour « Si la musique nous est si chère, c’est qu’elle est la parole la plus profonde de l’âme, le cri harmonieux de sa joie et de sa douleur. » (pour les curieux, cette phrase est de l’écrivain Romain Rolland). J’ai toujours été persuadée que pour connaître réellement une personne, il fallait se pencher sur la musique qu’elle écoute. J’ai essayé de préparer une playlist qui me ressemble et donc forcément, c’est un peu le bordel. Pour faire court, j’ai commencé à apprécier la musique en écoutant du rock, ce n’est qu’un peu plus tard que j’ai appris à aimer le rap puis que j’ai croisé la route du reggae. À travers ces quinze titres (j’aurais aimé pouvoir en mettre 30 de plus), voici une petite partie de mon univers.

 

1 – Get Well Soon de Cocoon

Après avoir longtemps détesté ce groupe, j’ai appris à l’apprécier depuis très peu de temps, notamment grâce à ce titre. Avec une mélodie tranquille, cette chanson redonne un peu d’espoir à ceux qui ont passé une année quelque peu merdique. Get Well Soon ne deviendra certainement pas la chanson de l’année, mais pourtant elle mérite d’être entendue par les personnes à qui elle se destine.

2 – Castle On The Hill de Ed Sheeran

Si j’avais dû faire cette playlist quelques semaines plus tôt, j’aurais certainement mis Lego House, Small Bump ou encore One du même artiste. Toutefois, avec le retour fracassant qu’Ed Sheeran a fait après une longue année d’absence, c’était impensable pour moi de ne pas mettre un de ses deux nouveaux titres.

3 – Je m’en vais de Vianney

J’avoue que je ne suis pas hyper fan de la nouvelle génération des chanteurs français qui se bousculent sur nos radios. Pourtant, je reconnais un certain talent à Vianney. J’aurai pu choisir Aux débutants de l’amour ou bien Je te déteste, mais son dernier single a su me convaincre notamment par la belle façon de jouer avec les mots qu’a cet artiste .

4 – Jonathan (feat. Perfume Genius) de Christine and The Queen

J’ai comme l’impression que ce titre bonus offert par Christine and The Queen est un peu passé inaperçu, et pourtant je le trouve tout simplement magnifique. Encore plus subtil et raffiné que Paradis Perdus ou Nuit 17 à 52. Je pense que ceux qui ne l’ont pas encore écouté devraient vite remédier à ça.

5 – My Days de Naâman & Soom T

Pour ma part, une bonne playlist comprend forcément une chanson de Naâman. Le grand dilemme a été tout simplement de choisir laquelle mettre. Après de longs instants de réflexion, j’ai opté pour My Days qui, je trouve, est un magnifique duo. La rumeur dit que les deux artistes vivraient une jolie histoire d’amour dans la vrai vie. Si c’est avéré, on peut définitivement dire que cela se ressent dans leur chanson. Pour les curieux, je vous conseille également d’aller écouter House Of Love ou encore Hopeful World de Naâman.

6 – Urquinaona de Sarh

Peu connu du grand public, Sarh est le fruit du travail de DJ Pone (Birdy Nam Nam) et de José Reis Fonto (Stuck In The Sound). Cette collaboration nous propose une ambiance assez étrange toute en volupté. Dans Urquinaona, j’ai toujours eu l’impression de flotter à travers ce morceau où la voix de José Reis Fonto ajoute une touche mélancolique. Pour pousser un peu plus le délire nébuleux, vous pouvez retrouver le clip qui est tout aussi … étonnant.

7 – What Happened  de Dope D.O.D.

Attention, le changement peut être un peu radical. Entre Sarh et Dope D.O.D. il n’y a pas vraiment de point commun. Le groupe est qualifié comme faisant « du rap hardcore » et nous vient tout droit des Pays-Bas. Grâce à What Happened ils ont réussi à se faire connaître internationalement et ont même fait un petit passage à Lyon pendant leur tournée.

8 – Little Talks de Of Monsters and Men

Encore un changement radical. Avec Of Monsters and Men on part encore plus au Nord, plus précisément en Islande. Le groupe s’est fait connaître à travers le monde avec Little Talks et leur album My Head Is an Animal. Si vous voulez en écouter un peu plus, je vous conseille également Dirty Paws, From Finner, Love Love Love ou encore Your Bones.

9 – Jesus’ Son de Placebo

S’il fallait faire une liste de tous les groupes que j’écoutais quand j’étais ado, il y en aurait beaucoup et Placebo serait définitivement dedans. Quelle surprise quand j’ai entendu la voix de Brian Molko avec ce nouveau titre.

10 – Pieces de Sum 41

Quand j’écoutes Pieces j’ai l’impression d’avoir de nouveau 16 ans, à l’époque où le mur de ma chambre était tapissés de posters que j’avais chopé dans Rocknfolk et bien d’autres. Beaucoup connaissent Sum 41 avec In Too Deep, mais il y a quand même d’autres morceaux intéressants à écouter.

11 – Surrender de Billy Talent

Ce groupe n’est pas hyper connu en France, à mon grand désespoir. Alors que j’étais en Allemagne, on m’a mis l’album Billy Talent II dans les mains et je n’ai pas arrêté de l’écouter pendant des semaines. S’il fallait garder uniquement une chanson, c’est définitivement Surrender.

12 – I Will Wait de Mumford & Sons

Les Mumford & Sons nous viennent tout droit de Londres et avec I Will Wait ils renouent un peu avec leur côté « musique traditionnelle ». Derrière de jolies paroles, il y a également un air assez entraînant qui ne peut pas laisser indifférent (enfin, j’espère !).

13 – Like Toy Soldiers de Eminem

Je voue une véritable admiration à Eminem car je trouve que ses textes sont tout simplement fous. J’ai choisi Like Toy Soldiers (après avoir longtemps hésité avec When I’m Gone) car l’histoire qu’il raconte dedans est particulièrement poignante. Il expose notamment le fait que les rappeurs sont les pions des maisons des disques qui les poussent à partir en guerre les uns contre les autres. Dans ses lignes, Eminem dénonce le fait que certains rappeurs sont morts dans cette guerre et il expose ses craintes pour l’avenir. Malheureusement, ses peurs se sont réalisées. Pour ceux qui ont vu le clip, on peut y voir son meilleur ami, Proof, jouer une des victimes de ces guerres. Quelques mois plus tard, la réalité sera bien plus triste puisque ce dernier perdra la vie dans une fusillade à Détroit.

14 – Ghetto Gospel de 2pac

Dans le même registre, on ne peut que citer 2pac, ce grand rappeur qui est décédé dans des circonstances similaires. Dans Ghetto Gospel, l’artiste exprime également son désir de mettre fin aux guerres de rues. En artiste vedette du titre, on retrouve l’unique Sir Elton John.

15 – Tata de Tiken Jah Fakoly

Selon Tiken Jah, sa musique a pour but d’éveiller les consciences. Dans ses textes, il traite régulièrement des injustices subies par le peuple africain. Malgré ce réel engagement pour les autres, dans le titre Tata le chanteur évoque quelque chose de beaucoup plus personnel. Ce morceau est considéré comme la seule chanson d’amour de sa carrière, et c’est ce qui le rend étonnant. Tata est en réalité la mère de sa fille et elle l’a attendu pendant 10 ans.  Tiken Jah n’a jamais pu la retrouver puisqu’elle est décédée avant qu’il se décide à revenir auprès d’elle. Dans ce morceau, ce chanteur met à nu ses sentiments et parle avec son cœur. Et franchement, je trouve que ce titre est un des plus magnifiques que je n’ai jamais écouté.

 

Journaliste diplômée et spécialisée en marketing web éditorial. J'aime titiller les sujets sensibles.

Envoyer à un ami