Société

Une série Netflix peut-elle vraiment prévenir le suicide des adolescents ?

Si vous avez l’habitude de lire les articles de BIIINGE ou que vous aimez chiller devant Netflix, le nom de 13 Reasons Why ne vous aura peut-être pas échappé. Loin des histoires de lycéens tordus (cc Riverdale) et de celles de jeunes riches à la plastique parfaite (cc Gossip Girl), 13 Reasons Why nous parle d’adolescents normaux qui survivent à un drame qui peut toucher n’importe quel lycée de ce monde, le suicide d’un des leurs. 

 

Alors que certains crient déjà au génie, il est tout de même légitime de se demander si une série Netflix est réellement en capacité de venir aider les jeunes en proie à des idées noires et qui songeraient à commettre l’irréparable. Attention, cet article peut contenir quelques spoilers.

13 Reasons Why, la vie presque normale de gens normaux

13 reasons why

Ceux qui ont la chance d’avoir un abonnement Netflix ont pu découvrir cette nouvelle série le 31 mars. Depuis sa sortie, on en entend parler un peu partout, et pour cause, le sujet qu’elle évoque n’est pas quelque chose de facile. Certains ont peut-être lu le livre du même nom de Jay Asher et seront donc familiers avec l’histoire. Pour faire simple, on découvre dans 13 Reasons Why la vie et la mort d’Hannah Baker, une jeune adolescente qui ressemble à beaucoup d’entre nous. Elle n’est pas blonde platine avec des jambes qui font des kilomètres de long, elle n’est pas pom-pom girl, ses parents ne sont pas riches, il s’agit bien là d’une adolescente lambda. L’intrigue de la série tourne autour d’un événement dramatique, son suicide. Au travers des 13 épisodes qui nous sont proposés, on découvre peu à peu les événements, et les personnes, qui l’ont poussée à commettre cet acte. Hannah n’a pas laissé de lettre, mais des cassettes audio. L’histoire est donc rythmée par sa voix qui vient hanter les différents protagonistes de sa vie, et surtout Clay Jensen (joué par Dylan Minnette, ndlr) qui se révèle être le personnage principal de cette histoire.

Pourquoi cette série semble-t-elle si nécessaire pour les jeunes d’aujourd’hui ?

13 reasons why

Dans 13 Reasons Why, on peut dire qu’il n’y a pas de tabou. Ne soyez pas étonné de voir des avertissements au début de quelques épisodes. Certains contiennent des scènes de viol, d’abus, de violence et de suicide. Face à l’engouement de cette production Netflix, de nombreux journalistes et blogueurs ont sorti leur plume afin de s’exprimer sur le sujet. 20 minutes a titré « 13 reasons Why, la série à succès qui libère la parole sur le suicide des ados et le harcèlement », le média GameHope parle quant à lui d’ une « série d’utilité publique »  et on découvre sur Konbini un témoignage portant le nom de «  J’aurais aimé découvrir 13 Reasons Why à 16 ans, dans une salle de classe » .

13 reasons why

En effet, il est vrai qu’au vu des problèmes que rencontrent les jeunes, notamment au lycée, cette série semble être la bienvenue afin de mettre des mots dessus. Loin des clichés, 13 Reasons Why nous parle d’un type de harcèlement que l’on met malheureusement peu avant. Des petits actes qui peuvent sembler sans importance pour certains peuvent pousser une personne au suicide lorsqu’ils sont additionnés les uns à la suite des autres. Au fil des épisodes, chacun replonge dans l’univers du lycée, aussi magique et impitoyable qu’il puisse être. Les premières histoires d’amour sont accompagnées de mal-être plus profonds tels que la solitude ou bien le harcèlement sexuel. En nous dressant le portrait de plusieurs élèves issus de milieux différents, chacun peut prendre conscience de cette phrase si importante : « On ne sait pas ce qui se passe dans la vie des autres ». Ce n’est pas parce qu’une fille fait partie des plus populaires du lycée qu’elle ne sera pas victime de viol, ce n’est pas parce qu’un mec est souriant et avenant qu’il ne plonge pas dans un véritable cauchemar lorsqu’il rentre chez lui etc.

13 reasons why

 

À qui s’adresse véritablement 13 Reasons Why ?

Concrètement, on ne pourrait pas vraiment qualifier la série de prévention contre le suicide. Même si on le veut de toutes nos forces, Hannah Baker s’est bel et bien ouverte les veines, et le treizième et dernier épisode de la série se finira de cette façon. Dans le fond, on pourrait se dire que la série s’adresse plutôt à tous les jeunes de façon générale, afin de prendre conscience que nos actes ne sont pas sans conséquence, même si on pense qu’au lycée rien n’a d’importance. 13 Reasons Why a su remettre dans les esprits la notion de consentement, et elle vient tirer la sonnette d’alarme chez tous les jeunes qui auraient dans leur entourage quelqu’un sur le point de perdre pied. C’est bien ça que la série veut nous montrer, peut-être que si une seule chose s’était passée autrement, Hannah n’en serait pas arrivée là. Et peut-être que dans le fond, nous sommes toutes des Hannah.

13 reasons why

Néanmoins, la série n’a pas eu que des bonnes critiques. Cela n’a pas plu à tout le monde que le suicide soit traité de la sorte. Certains diraient même que nous sommes face à une série dangereuses qui viendrait « glamouriser » le suicide. C’est le cas notamment de Headspace, l’organisme de santé mentale australien, qui a publié un avertissement afin de mettre en garde les adolescents et leurs parents sur les effets que peut avoir 13 Reasons Why. Malgré ça, nous sommes beaucoup à penser qu’il vaut mieux en parler plutôt que de se taire et de faire comme si ce problème ne touchait que les autres. La réalité est beaucoup moins belle que ce que certains voudraient penser et les chiffres sont assez parlants. En effet, le suicide est considéré comme la deuxième cause de mortalité chez les jeunes entre 15 et 24 ans. Au final, le sujet est dur, la série l’est aussi et certaines scènes sont pratiquement insoutenables, mais au final, le suicide et le viol ne sont-ils pas eux aussi des actes horriblement durs et insoutenables ?

 

En résumé, ce n’est pas certain que cette série puisse aider l’intégralité des jeunes en proie à des idées suicidaires, mais elle ne peut pas faire de mal si elle arrive à faire changer la vision de certaines personnes de leur entourage. À noter que c’est peut-être moins « glamour » qu’une série Netflix, mais il existe des numéros utiles pour toutes les personnes se retrouvant dans cette situation. Par moment, mieux vaut en parler plutôt que de se renfermer sur soi-même et de sombrer peu à peu. Au final, le message de la série se doit de rester « le suicide n’est pas une solution ».

 

SOS BIZUTAGE :  n° vert 0 800 555 500
SOS VIOL :  n° vert 0 800 059 595
SOS RACISME :  01 40 50 34 34
SOS DÉPRESSION :  01 40 47 95 95
SOS SUICIDE :  01 40 44 46 45
SOS AMITIÉ :  01 40 33 80 60
SOS DÉPRESSION :  01 40 47 95 95
SOS HOMOPHOBIE :  n° vert 0 810 108 135

 

 

 

Etudiante en 2ème année de journalisme et marketing web éditorial. J'aime titiller les sujets sensibles.

Envoyer à un ami