Culture

Paillette, un éclat dans les nuits lyonnaises

Le rendez-vous a été donné au Toï Toï, ce bar un peu décalé qui abrite concerts et dj set tout en proposant des produits exclusivement locaux. En arrivant, nous retrouvons Marie, la jeune fille de 23 ans qui se cache derrière le nom de Paillette. Au détour d’une interview, elle nous dévoile en toute simplicité son projet et ses envies.

Paillette, une « néo-sirène » qui vient illuminer les scènes

Sur la mezzanine du Toï Toï, nous faisons plus ample connaissance avec Marie. Cette jeune fille originaire de Saint-Etienne mêle l’aventure Paillette à sa vie d’étudiante en management culturel. La première question se porte évidemment sur la signification de son nom de scène qui est aussi fascinante qu’étonnante. « J’aime bien le kitch et les paillettes » nous dit-elle avant de rajouter « pour une explication plus sérieuse, pour les interviews, (c’est) parce qu’une paillette réfléchit la lumière. À méditer. »

Paillette au Toï Toï

Marie ou Paillette, il n’est pas forcément évident de savoir à qui s’adresser. Est-ce que l’on parle à l’artiste ou bien à la personne qui se cache derrière ? À cette question elle nous répond tout simplement « je dirais que c’est la même personne car c’est un projet super personnel, je suis toute seule sur scène, je ne partage pas la composition ou les paroles. » Toutefois, Paillette met de la nuance sur ses deux facettes en précisant que c’est « peut-être une part un peu plus sombre » d’elle. Simplement, elle nous précise qu’en temps normal elle ne parle pas trop de ce qu’elle ressent profondément. « La musique est un peu comme un exutoire et du coup c’est les choses que je ne dis pas qui ressortent. Ça me fait du bien, c’est pour ça que je fais ça. »

Cette passion pour la musique, elle la porte depuis toute petite. « Ça a toujours fait partie de moi » nous explique-t-elle. Après être allée jusqu’au 3ème cycle de piano classique au conservatoire, Paillette prend une année de cours de chant de musique actuelle, toujours au conservatoire. La composition est arrivée plus tard, vers l’âge de 16/17 ans. S’est ensuivi un projet en duo avec Piece of Mind, une violonceliste. L’été dernier, Paillette monte sur la scène du Off de Jazz à Vienne pour présenter son projet au public.

Paillette au Toï Toï

Hello // Goodbye, une histoire d’amour tout en musique

Quand Paillette monte sur la scène du Toï Toï, le rapprochement se fait avec les artistes qui l’inspirent tels que qu’Agnès Obel, Regina Spektor Sóley ou encore Björk. Dans sa voix, on retrouve l’image de la « néo-sirène » et de l’« éclat dans la nuit » qui sont mises en avant sur son profil. Sa voix résonne dans le bar et le public s’approche peu à peu de la scène pour écouter cet étonnant projet qu’est Hello // Goodbye.

Ce projet a notamment permis le lancement de Paillette. Simplement, il se compose d’une succession de chansons qui « racontent du début à la fin ma première véritable histoire d’amour, du bonjour à l’au revoir ». Elle nous précise également «  c’est un truc que j’ai fait vraiment sans prétention, dans ma chambre, en branchant des câbles et en enregistrant comme ça. »

Au fil des morceaux, Paillette nous emporte dans cette histoire. Le public du Toï Toï est réceptif. Le public se rapproche pour venir profiter de l’intimité qu’elle nous propose. Avec son clavier et sa voix elle nous transporte dans cette belle histoire parsemée d’un peu de mélancolie. Lorsque le set s’achève, l’envie d’en connaître un peu plus sur elle et sur sa musique se fait ressentir.

Celle qui nous disait vouloir trouver « beaucoup de confiance en (elle) », nous a donné l’impression d’être parfaitement à l’aise sur la scène du Toï Toï. C’est avec beaucoup de pudeur qu’elle nous parle de ses ambitions pour la suite. Lorsqu’on lui demande où elle s’imagine dans ses rêves les plus fous, elle nous répond « qu'(elle) aimerait que ce projet-là ait vraiment évolué et qu’il évolue avec d’autres instrumentistes. » Dans son idéal, cordes, violoncelles, violons et choristes l’accompagneraient pour transmettre ses émotions à un public conquis. « Pour moi, ça serait vraiment une belle association. »

Pour la suite, on ne peut que lui souhaiter qu’une belle réussite et qu’elle puisse scintiller auprès d’un public séduit par ses mots et ses notes. Les curieux pourront la retrouver le 3 mars 2017 à La Marquise (Lyon), le 9 mars 2017 à l’Espace Culturel Albert Camus (Le Chambon Feugerolles), le 10 mars 2017 au Château du Rosier (Feurs) ainsi que le 11 mars 2017 au Pax (Saint-Etienne).

Retrouvez Paillette sur Facebook & Soundcloud 

Etudiante en 2ème année de journalisme et marketing web éditorial. J'aime titiller les sujets sensibles.

Envoyer à un ami