Culture

Que regarder durant la période de Noël ?

Noël, c’est ce moment prétendument enchanteur où pourtant beaucoup de choses explosent : votre ventre, après un repas interminable ; votre compte en banque, après l’achat de cadeaux trop chers, et votre esprit, après une aprem’ en famille devant un téléfilm de Noël, sur une chaîne hertzienne. On ne sait pas comment vous éviter les deux premières déflagrations, mais on va vous donner quelques conseils pour contrecarrer la troisième.

Que serait Noël sans un film de Steven Spielberg, le Monsieur Sympa du cinéma américain, qui adore les extra-terrestres et les petits nenfants ? Si son avant-dernier long-métrage, Pentagon Papers, sorti fin 2017, est évidemment à voir, comme on vous l’avait déjà dit ici, on vous conseille plutôt de mater en famille son tout dernier opus, Ready Player One. Lequel permettra à votre grand-mère de comprendre enfin ce qu’est la réalité virtuelle. Mais ce film de s-f pour tous enjoint surtout les amoureux de la pop-culture à empêcher des multinationales cupides de dévoyer et dévitaliser leurs objets d’adoration sur l’autel du dieu dollar. Soit un doigt d’honneur en bonne et due forme à Marvel Studios et à Disney, qui tentent en ce moment de vous refourguer par paquet de douze des figurines à mettre sous le sapin de Noël, pour vos mioches.

Pour les satisfaire, d’ailleurs, vous pouvez quand même, et sans tenir compte de ce que nous venons de dénoncer, les emmener voir en ce moment au ciné Spiderman : New Generation. Dernier produit Marvel, certes, mais qui nous réconcilie avec la firme aux grandes oreilles le temps de deux heures menées tambour battant. Les deux heures achevées, vous pouvez à nouveau les bouder, comme nous adorons le faire – ça doit être notre côté anticonformiste. Ou simplement parce que nous avons du goût.

Vintage

Quant à vos parents, qui ont la quarantaine bien tapée voire la cinquantaine envahissante, ils pourront se satisfaire, eux – et vous avec -, devant l’ultra-eighties St Elmo’s Fire.  Un film de 1985 qu’on peut trouver sur le net et qui nous plonge dans l’envers du décor de la post-adolescence américaine, faite de déceptions face aux illusions qui s’écroulent avec l’entrée douloureuse, car pleine de conformisme, dans l’âge adulte et son corollaire, la vie active. Ca vous forcera peut-être, à quelques jours des résolutions du Nouvel An, de repenser votre vie pour la mettre en accord, si possible, avec vos aspirations. Enfin, si on met de côté l’esprit doux-amer du film, St Elmo’s Fire pourra également rappeler à vos parents de bons souvenirs : les fringues sont bariolées, les coupes de cheveux sont horribles, Andie MacDowell est un pur objet de fantasme, et la bande originale est totalement de son temps.

Pour rester dans le délire déceptif – on ne veut pas vous déprimer, mais Noël, ce n’est pas forcément synonyme de niaiseries à l’eau de rose -, on vous conseille également une série courte de huit épisodes, Profit. Cette œuvre, datant de 1996, est l’American Psycho des séries télés, soit une plongée dérangeante et captivante dans l’esprit carnassier de l’Amérique capitaliste des années 90, fidèle héritière des années Reagan. Pour que vous puissiez démarrer 2019 en ayant enfin compris quel genre de personne réside à la Maison Blanche.

La Ballade des Aristochats

Si vous cherchez la facilité d’accès, voici une recommandation venue tout droit de Netflix, que vous pouvez d’ailleurs offrir à Noël à la dernière personne dans ce bas monde qui n’a pas encore un abonnement. Au fond, que vous conseiller d’autre que le dernier opus des frères Coen, La Ballade de Buster Scruggs ? Western d’une profondeur insoupçonnée, qui affirme, parfois dans les larmes, parfois par le rire, toujours avec virtuosité, la nécessité de la fiction en tant que contrepoint à l’inéluctabilité de la mort, ce film choral, en six segments – dont l’avant-dernier est un immense bijou -, est l’un des meilleurs films que vous verrez cette année. Voire de ses dernières années – soyons fous.

Et puis, si vraiment, vraiment, vraiment, vous voulez allumer votre télévision, mais sans vous taper le téléfilm A la recherche de Madame Noël sur TF1, le 25 décembre, choisissez… Les Aristochats, sur France 2, le même jour, à 15h. Film un peu classique, avec une animation datée, mais qui swingue, grâce à Thomas O’Malley, un Paris de carte postale et des morceaux de jazz. Et c’est bien, le jazz, le jour de Noël.

 


Crédit photo de couverture : Copyright Netflix.

Envoyer à un ami