Société

Save HDV : la pétition pour garder le skate à Hôtel de Ville

Si vous êtes lyonnais, vous connaissez la place Louis Pradel, « Hôtel de Ville » pour les intimes. Vous l’avez certainement traversé ou même vous y êtes déjà posés parce que vos amis ont l’habitude d’y passer beaucoup de temps, avec un skateboard. Aujourd’hui le skateboard est menacé de ne plus y être le bienvenue suite au projet de rénovation entreprit par la ville de Lyon pour janvier 2017.

« Début novembre 2016, la Métropole de Lyon a annoncé la rénovation prochaine de la légendaire place Louis Pradel (aussi connue sous le nom de « Hôtel de Ville »), avec l’intention de la rendre impraticable pour les skateboarders.

Le commencement des travaux est prévu pour janvier 2017 et la nouvelle place, de laquelle les skaters seront bannis, sera livrée à l’été 2017. Des skateboarders de tous âges et de toutes origines socioculturelles partagent harmonieusement cet espace avec les piétons depuis plus de 20 ans. Cette place a été médiatisée dans un nombre incalculable de vidéos et de magazines internationaux, et son influence inaltérée sur la culture du skateboard est inestimable.

En tant que groupe majeur d’utilisateurs quotidiens de cet espace, nous aurions du être concertés dès les prémices de ce projet de restructuration.

Cela n’ayant pas été le cas, nous avons décidé de nous mobiliser afin d’ouvrir la discussion, et avec l’intention d’obtenir notre intégration dans ce réaménagement urbain. »

(Texte de présentation extrait de la pétition « Save HDV)

©Chassignol
©Chassignol

La rénovation de la place Louis Pradel et la menace de mesures anti-skate

C’est par ces mots que la pétition « Save HDV » est introduite. En novembre, la Métropole de Lyon annonce son grand projet de rénovation de la place Louis Pradel.

Coincée entre l’Opéra et Terreaux, la place, connue sous l’appellation « Hôtel de Ville » ou « HDV » est un lieu stratégique du centre ville et grand lieu de passage. Lyon veut lui faire un lifting et comme tout lifting, le but est, qu’après, elle ne bouge plus. La ville souhaite éradiquer ce qui pourrait lui faire péter les agrafes dans le cou, ce qu’elle juge nuisible à sa préservation : le skateboard.

Pourtant HDV est un spot connu du monde de la planche à roulettes. Elle joue régulièrement les figurantes dans les vidéos françaises, mais également internationales, laissant le champ libre à la créativité. Depuis 30 ans, la place a permis de faire émerger les talents de ce sport, de laisser les petits nouveaux se faire la main, de se réunir, de faire connaissance. Hôtel de Ville, ses passants, ses touristes, ses locaux, ses skateurs, tous vivent dans l’harmonie et l’espace y est bien partagé.

Cette belle entente s’apprête à ne plus être avec ce projet de rénovation et certains entendent bien faire durer cette cohabitation. C’est ainsi qu’est née la pétition « Save HDV ». Une action qui regroupe 12 000 signataires dont le but est de permettre au skateboard et l’espace urbain de cohabiter comme il en a toujours été ainsi.

HDV, le sanctuaire du skate lyonnais depuis 30 ans

En septembre 2014, Rue89 sortait son article «  Comment « Hôtel de Ville » a fait de Lyon un spot de skateboard mondialement connu » dans lequel étaient interviewés le skateur Steve Raamy, le photographe Fred Mortaigne et le fondateur de la marque de skate Cliché, Jérémy Daclin. Chacun y évoquait son rapport à ce spot, ce qu’il représentait pour lui et le skate en général.

Les voix s’élèvent pour que la place reste ce lieu privilégié où le skate y a pleinement sa place. La pétition d’une part, largement diffusée sur les réseaux sociaux et ajouté à cette force de frappe, la naissance d’un  Tumblr, relayant les articles de presse et les témoignages de soutien au mouvement.

Et enfin, un compte Instagram lui est également consacré : https://www.instagram.com/hdvplaza/

©capture d'écran Instagram
©capture d’écran Instagram

Le projet est mené par quelques noms du milieu pour apporter de la visibilité à la pétition et d’y sensibiliser les gens. Le tout est de démontrer que le skateboard n’est pas un élément nuisible au paysage urbain mais qu’au contraire il en fait partie intégrante.

Le regard du milieu

Guillaume Colucci fait partie de ces skateurs qui se sont mobilisés pour défendre ce spot et diffuser la pétition « Save HDV ». Je lui ai posé quelques questions sur HDV, la pétition et le skateboard.

© @miclauw
Guillaume Colucci @colucheese Photo by @miclauw

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Guillaume Colucci, j’ai 28 ans, je suis né à Grenoble et je vis à Lyon depuis 8 ans.

D’où te vient cette passion pour le skate et depuis combien de temps le pratiques-tu ?

Cette passion m’est venue avec le temps et la pratique, mais mon premier rapport avec le skate est certainement avec le film Retour vers le Futur, à peu près comme beaucoup de personnes de ma génération…

Peux-tu nous expliquer la pétition « Save HDV » et pourquoi cette initiative ?

 » Save HDV  » est un mouvement mis en place essentiellement sur les réseaux sociaux et une pétition avec près de 12000 signatures (https://www.change.org/p/save-hotel-de-ville-plaza) suite à l’annonce dans la presse de la rénovation de la place Louis Pradel et l’éradication du skateboard sur ces lieux.

Le but de la pétition est de pouvoir continuer à donner accès à la place aux skateurs qui font partie intégrante du paysage depuis 30 ans.

Pourquoi t’es tu senti concerné ?

Car j’y passe une grande partie de mon temps et que cet endroit représente beaucoup pour moi et plein d’autres skateurs. Tous mes potes et les personnes avec qui je vis se sont rencontrés sur Hotel.

HDV est un lieu important pour le milieu du skate lyonnais, ça représente quoi exactement ?

HDV représente tout simplement Lyon au sein du skateboard à l’échelle internationale. Louis Pradel est un lieu central dans la ville, attractif par son accessibilité et son architecture qui favorise la pratique du skate, mais aussi l’apprentissage pour les débutants qui y trouvent automatiquement un lieu où commencer.

Comment vois-tu HDV dans 5 ans ?

Difficile d’imaginer la place dans le futur mais j’espère la voir rénovée pour une parfaite harmonie entre les skateurs et les passants.

Pour conclure :

Un grand merci à Guillaume Colucci pour son aimable participation à la rédaction de cet article.

Photo de couverture @LoicBenoit / theskateboardmag.com
Je suis la fille qui a besoin de regarder entre 6 et 7 fois par an le Seigneur des Anneaux, dans son intégralité et à la suite. J'adore voir le fromage fondu couler sur du pain et je déteste les gens qui mettent la pancarte "Bébé à bord" dans leur voiture.

Envoyer à un ami