Mode

« See now, buy now » : vers une refonte de l’industrie fashion ?

Cataclysme dans le monde de la mode : la mise en vente des vêtements directement après le défilé. Anodin à première vue, ce bouleversement est non sans conséquence dans un milieu qui obéit à des rites bien établis. Un concept qui divise dans le milieu. Explications.

Tout commence le 5 février dernier, Christopher Bailey, PDG et DA de Burberry annonçait qu’il présenterait non plus quatre collections par an mais deux, hommes et femmes mélangés, et que les pièces seraient disponibles immédiatement après le défilé. Stupeur et tremblements, le principe du see now/ buy now (voir maintenant, acheter tout de suite) voit le jour. La marque anglaise s’élève une fois encore au rang de précurseur en disruptant le calendrier traditionnel de la mode. Elle l’était déjà en 2009, lorsqu’elle intègre le digital au coeur de son business model et retransmet ses défilés en streaming. Ce phénomène est représentatif du symptôme qui ébranle l’industrie de la mode, et s’ajoute à la remise en cause d’autres règles bien codifiées, tel que le concept de saisonnalité, et la séparation des défilés homme/femme. D’autres marques, telles que Tom Ford, Paco Rabanne, Prada ou encore Vêtements rejoignent le mouvement. Jadis frileuses et méfiantes de voir leurs collections sur la toile, les marques ont aujourd’hui toutes très bien intégrées ce virage 2.0.

Retrouvez la suite de l’article sur notre version papier (numéro 1), pour vous la procurer c’est ici, ou ici

Envoyer à un ami