Société

Notre société façonne-t-elle notre obsession pour l’éphébophilie ?

De quoi va-t-on parler exactement dans les lignes qui suivent ? D’éphébophilie. Un terme peu courant pour en réalité qualifier « l’expression d’un désir sexuel d’une personne adulte envers un(e) adolescent(e) » selon la définition du site lintern@ute. Pour expliciter davantage ce terme, le Journal des Femmes rappelle que « c’est une forme d’attirance sexuelle qui était en particulier courante dans les sociétés grecque et romaine antiques ». Ce terme et le questionnement autour de la fascination du corps adolescent depuis des siècles se sont cristallisés avec les révélations de Flavie Flament sur son agression sexuelle qui aurait été commise par un photographe renommé. Comment, sous couvert de démonstration artistique, notre société encourage-telle la fascination sexuelle du corps adolescent ?

L’arbre qui cache la forêt

Il y a quelques semaines, Flavie Flament révélait avoir été agressée sexuellement à l’âge de 13 ans par un célèbre photographe. Suite à ces révélations et son nom à peine caché dans l’émission de Thierry Ardillon, Salut les Terriens, le photographe anglais David Hamilton s’est suicidé ce 25 novembre 2016. Ce drame subi par Flavie Flament, a été passé sous silence par sa propre mère, préférant les paillettes et la célébrité. Une histoire épouvantable qui soulève une question étrange : si Flavie Flament avait été agressée par un inconnu, est-ce que sa mère aurait joué son rôle et accompagné sa fille dans cette épreuve par une écoute, un soutien, l’encourager à se faire aider et surtout porter plainte ? Au delà de cette attitude trouble et terrible, cette histoire révèle que l’humain est capable de brader ce qu’il a de plus précieux pour un peu de gloire. Le prix de l’innocence, de l’éveil, de la découverte de la vie que représente l’adolescence vaut-il celui  d’un polaroïd pris par un gars connu ?

Retrouvez la suite de l’article sur notre version papier (numéro 1), pour vous la procurer c’est ici, ou ici

Je suis la fille qui a besoin de regarder entre 6 et 7 fois par an le Seigneur des Anneaux, dans son intégralité et à la suite. J'adore voir le fromage fondu couler sur du pain et je déteste les gens qui mettent la pancarte "Bébé à bord" dans leur voiture.

Envoyer à un ami