Société

Le syndrome de l’imposteur : nouvelle psychose chez les jeunes ?

Derrière un nom qui peut prêter à sourire, se cache une véritable problématique qui est en train de toucher de plus en plus de jeunes. Le syndrome de l’imposteur accompagne souvent les individus, jeunes ou non, qui sont en proie à une importante réussite et qui commencent à « douter ». 

Une personne qui souffre de ce syndrome étrange aura tendance à tout faire pour prouver qu’elle n’a pas mérité sa réussite. Lorsqu’elle aura obtenu son diplôme, et ce avec une note plus ou moins satisfaisante, elle sera persuadée qu’il y a eu une erreur quelque part. Cela peut être une faute du jury ou bien un prof qui a noté large, mais dans tous les cas, elle sera persuadée que sa réussite est loin d’être méritée et qu’elle est due à un important malentendu.

En psychologie, le syndrome de l’imposteur se retrouve sous plusieurs termes comme « sentiment d’imposteur » ou bien encore « complexe de l’usurpateur ». Alors que, en public, cela pourra passer pour de la modestie poussée à son extrême, en privé, ce trouble engendrera d’importantes angoisses. Un individu vivant avec ce syndrome aura sans cesse l’impression que sa vie et ses réussites ne sont qu’une supercherie et qu’un jour viendra où il sera démasqué pour toutes ses erreurs qui l’ont amené là où il est aujourd’hui.

Syndrome de l’imposteur : pourquoi pas vous ?

De plus en plus de jeunes diplômés avouent devoir faire face à ce trouble particulièrement handicapant. Pour vous faire une idée, sachez que des études ont montré que 70% des individus auraient ressenti au moins une fois ce sentiment d’imposture. Le phénomène est tel qu’il se pourrait bien que vous aussi soyez en proie à ce syndrome. Pour le savoir, il suffit généralement d’analyser votre façon de réagir lorsque vous êtes dans une situation de réussite. Les personnes souffrant du syndrome de l’imposteur auront tendance à ne pas s’attribuer leur succès mais plutôt à mettre en avant des facteurs extérieurs. On retrouve également un certain malaise lorsqu’il s’agit d’accepter des compétences sur cette même réussite.

De façon plus générale, une personne atteinte de ce syndrome aura tendance à toujours avoir l’impression de ne pas être à la hauteur, peu importe le domaine et les succès qu’elle a pu connaître auparavant. Demander de l’aide est aussi une chose très compliquée, aussi bien dans sa vie personnelle que professionnelle. Pour finir, une personne atteinte de ce trouble aura énormément de mal à accepter la critique, et ce même si elle s’avère être constructive.

Comment lutter contre le complexe de l’usurpateur ?

Étant donné la place qu’est en train de prendre ce phénomène, de nombreux médias ont d’ores et déjà décidé de libérer la parole à ce sujet et de sensibiliser le grand public à ce mal-être. Au niveau des « solutions », on remarque que, comme pour bien d’autres troubles, il n’y a pas de remèdes miracles. Pour beaucoup, la seule et unique façon de s’en sortir est de s’asseoir sur le divan d’un psychologue et de commencer à faire un travail sur soi. Si cette option ne vous emballe pas (pour le moment), sachez qu’il est primordial d’en parler à quelqu’un, même si ce n’est qu’un membre de votre entourage. Dans tous les cas, ne laissez pas ce syndrome maléfique s’installer en vous car, à long terme, il vous fera très certainement plonger dans une longue et profonde dépression. Mieux vaut donc prendre le taureau par les cornes tant qu’il en est encore temps !

Journaliste diplômée et spécialisée en marketing web éditorial. J'aime titiller les sujets sensibles.

Envoyer à un ami