Société

Un appel au boycott contre Starbucks à Lyon

Une série d’actions contre la multinationale Starbucks est lancée cette semaine dans plusieurs villes par l’association « i-boycott ». L’objectif : interpeller les consommateurs dans les différents emplacements Starbucks sur les pratiques de cette entreprise.

Installée en France depuis 2004, Starbucks n’y paye toujours pas d’impôts, grâce à des mécanismes d’optimisation fiscale. En effet la chaîne déclare que ses boutiques françaises ne sont pas rentables, ce qui expliquerait qu’elle échappe à l’impôt sur les sociétés. Pourtant l’association « i-boycott » souligne que le nombre de franchises Starbucks en France ne cesse d’augmenter. L’entreprise gonflerait en fait artificiellement les pertes de sa filiale française, qui sont payées à une filiale aux Pays-Bas, où la fiscalité est plus avantageuse, affichant ainsi qu’ils ne font officiellement pas de profit en France. Le PDG déclarait pourtant en 2011 que la filiale française était devenue bénéficiaire.

Des dénonciations qui ne sont pas nouvelles

Il y a 5 mois, Arte diffusait un documentaire de Luc Hermann et Gilles Bovon sur l’enseigne Starbucks (visible en intégralité sur Youtube), dénonçant ces pratiques fiscales, ainsi que les conditions de travail ou encore les bas salaires pratiqués par l’enseigne, derrière une image éthique et progressiste.

La première action de cette série lancée par « i-boycott » aura lieu demain à Lyon, et sera ensuite suivie par d’autres villes dans la semaine (Paris, Montpellier, Nantes et Bordeaux). Les revendications de l’association sont une meilleure transparence fiscale de la part de l’entreprise, afin que la filiale française suive celle du Royaume-Uni qui elle paye enfin ses impôts depuis 2012. Ce boycott vise ainsi à informer les citoyens de cette pratique, de la part d’une société qui est également visée pour son abus du plastique avec 4 milliards de gobelets produits chaque année.

Envoyer à un ami