Société

Le web est-il devenu la nouvelle arme du féminisme ?

le web est-il la nouvelle arme du féminisme

Les idéaux féministes fleurissent de plus en plus sur le web. La France est bercée par un sexisme ordinaire pesant, qui se ressent tous les jours, de partout. Les hommes politiques aux paroles déplacées sont directement interpellés sur leur propos et les commentaires sexistes de certains pseudo-journalistes sont relayés à grande échelle. Les internautes ne laissent plus faire ceux qui pensent qu’il est encore possible d’être sexiste dans notre monde, et le web a largement contribué à cette avancée.

Le web-feminisme des début à nos jours

1996, les Internénettes voit le jour. Ce site est le premier à vocation féministe. Fermé en 2006, l’objectif premier était avant tout d’imposer la femme dans un milieu masculin, car oui, même le web à son origine était dominé par les hommes. N’oublions pas que déjà, il y a 4 siècles, les valeurs génériques de la grammaire ont été données au genre masculin. Alors pourquoi en serait-il autrement avec les autres avancées ? Le but des Internénettes n’était pas de donner une nouvelle fois des conseils beauté/cuisine/déco mais bel et bien de proposer un contenu sans niaiseries, mais sans féminisme exacerbé non plus. Concrètement, l’objectif premier était de montrer que les femmes étaient bel et bien présentes sur la toile. Symboliquement, le mouvement est né lors de la journée de la femme 1996 et est mort pendant cette même journée symbolique, dix ans plus tard. Les Internénettes ne sont plus là, mais pas de panique, le message est passé et d’autres ont suivi le mouvement.

le web est-il la nouvelle arme du féminisme

Dans la juste lignée, on ne peut que citer Paye Ta Schnek, qui dénonce le harcèlement de rue dans l’espace public. En publiant des témoignages poignants, ce tumblr offre la possibilité à chacun de se rendre compte de la triste réalité. Entre le «  À poil salope » ou le «  Tu es habillée comme une pute, sale chienne ! », on ne peut que féliciter Paye Ta Shnek d’avoir su utiliser correctement le web pour défendre une noble cause.

On le sait, un bon message passe aussi par une bonne vidéo et d’autres femmes l’ont bien compris. En utilisant ce canal, la chaîne youtube Le Meufisme tente de combattre les clichés quotidiens. Cette webserie humoristique fait barrage aux traditionnels « tutos beauté » en parlant de la « meuf lambda ». Tout le monde n’adhère pas au concept, mais l’initiative est là.

Internet, la première aide pour les victimes

Les militantes féministes savent mettre internet au service de leurs idées, en proposant des campagnes percutantes. Certaines proposent même des dispositifs plus que nécessaires afin d’apporter une aide dans des situations dramatiques. C’est le cas de l’application «  App-elles » disponible sur Android. L’appli propose trois boutons, une « alerte agression », une « écoute violence » et une « information/association ». Si une personne est victime d’agression, en cliquant sur le premier bouton, une alerte précisant sa géolocalisation est envoyée à ses proches. L’alerte sonne toutes les 90 secondes jusqu’à ce qu’elle soit désactivée. Pas bête.

le web est-il la nouvelle arme du féminisme

Mis à part cette application, on peut dire que, plus généralement, le web reste le meilleur moyen d’expression pour les femmes victimes de violences. Que ce soit à la suite d’un harcèlement, d’une agression, de violences conjugales, chaque femme peut être entendue par quelqu’un si elle lance un appel. Le tweets lancés sont comme des bouteilles à la mer, et heureusement, il y a des centaines d’autres femmes qui sont là, prêtes à leur apporter une oreille attentive et des conseils avisés. Même le gouvernement s’y met, en plus de proposer des conseils pour les femmes victimes de violences, sur son site stop-violences-femmes.gouv.fr on remarque la présence de deux boutons, un permettant de « quitter rapidement ce site » et un autre pour « effacer les traces de mon passage ». De quoi permettre aux femmes vivant dans un climat violent de s’informer sans risque de se faire surprendre et de subir un retour de flamme conséquent. Pas bête non plus.

Le web, un allié empoisonné

Le web permet sans aucun doute de toucher une grande majorité de personnes qu’il est important de sensibiliser. Chacun peut faire entendre ses idées et rallier encore plus de monde à sa cause. Pourtant, internet se présente aussi comme un cadeau empoisonné. Certes, il nous permet de dénoncer, d’alerter et de s’indigner rapidement, mais il amène aussi de nouveaux combats. Le web favorise le développement d’une cause, prônant l’égalité des sexes mais laisse la porte grande ouverte pour ceux qui jouent encore le jeu ridicule du sexisme. Cyber harcelement, slut shaming, happy slapping, revenge porn, il devient aussi simple de passer un coup de gueule que de détruire entièrement la vie de quelqu’un.

le web est-il la nouvelle arme du féminisme

Alors certes, le web peut être considéré comme une arme massive pour la cause du féminisme, mais le retour de flamme n’est pas sans conséquences, et dans certains cas, il peut être dramatique. De nouveaux combats voient le jour, rendant à chaque instant la tâche des militantes plus complexe. En attendant que les mentalités changent, vous pouvez toujours partager votre histoire sur Paye Ta Shnek, vous marrer devant le Meufisme et parler d’ « App-elles » autour de vous.

Journaliste diplômée et spécialisée en marketing web éditorial. J'aime titiller les sujets sensibles.

Envoyer à un ami