Culture

Xavier Dolan : L’enfer, c’est les autres

Juste la fin du monde pourrait marquer la chute de Xavier Dolan. Face à la critique, la conduite du réalisateur a considérablement dégradé son image. Mais doit-on pour autant le renier ?

Au Festival de Cannes, l’attitude d’enfant colérique de Xavier Dolan a exacerbé les spectateurs. Néanmoins, on pourrait penser qu’une haine anti-Dolan s’était déjà installée dans les esprits. En effet, l’affiche du film apparaissait à peine sur les réseaux sociaux quand les avis négatifs commencèrent à fuser : « Elle est ringarde ! Dégueulasse ! » Et si, par malheur, un internaute venait à la défendre, il se faisait insulter. A croire qu’aimer Dolan serait un tort dans la société actuelle.

Un artiste adulé par des prétentieux

Le travail de Xavier Dolan s’inscrit dans la spirale du cinéma d’auteur. Ses longs-métrages sont des condensés de visuels recherchés et de récits dramatiques. Sur des fonds sonores entêtants, les familles se disputent et les amours s’époumonent. Un délice. Pourtant, ses œuvres semblent être également des films de véritables connards. Par leur connotation intellectuelle et artistique, elles donnent à certains une illusion de supériorité. Des partisans qui méprisent les adeptes du divertissement « facile ». Leur attitude déplorable se colle à l’image du réalisateur, dénigrant alors le talent de ce dernier.

Besoin d’amour et psychologie de comptoir 

L’artiste québécois a tenu à s’exprimer sur son comportement explosif au court du Festival de Cannes. Les critiques américaines ont été les plus violentes et l’ont particulièrement touché. Le réalisateur a déclaré avoir un besoin constant d’être aimé à travers ses films. Sans la reconnaissance du public, il se sent incompris. Or, la plupart de ses films mettent en scène une relation complexe entre la mère et son enfant. Par exemple, dans J’ai tué ma mère (2009), Hubert Minel ne supporte plus sa mère kitch et manipulatrice. Il est perdu dans un élan fait à la fois d’amour et de haine. Une articulation – basiquement freudienne ?- à méditer.

Adepte de chorégraphies ridicules, bien cachée dans sa cuisinehttps://lapinsclochettes.wordpress.com/

Envoyer à un ami