Société

Justice : les décrocheurs du portrait de Macron relaxés

Décision courageuse du juge lyonnais en charge de l’affaire, et une décision même historique pour le collectif ANV-COP21 (mouvement populaire et non-violent pour relever le défi climatique).

En février dernier, des militants pro-climat ont pénétré la Mairie du 2ème arrondissement de Lyon, et deux d’entre eux ont décroché le portrait d’Emmanuel Macron de son mur. Depuis quelques temps, des militants écologistes utilisent la non-violence pour protester du non-respect des engagements du président de la République.

Les deux militants (âgés de 32 et 33 ans) sont accusés de « vol en réunion », délit passible de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amendes. En septembre, le parquet avait notamment requis une amende de 500 euros contre eux, jugeant que le vol de ce symbole ne pouvait pas régler le problème climatique.

Fanny et Pierre relaxé le 16 septembre 2019 par le Tribunal correctionnel de Lyon (©Alternatiba Rhône)

Étonnamment, le juge unique du tribunal correctionnel de Lyon a admis la gravité du dérèglement climatique mondial « qui affecte gravement l’avenir de l’humanité », rendant alors légitime la participation des citoyens français à des actes non-violent, en signe de protestation. Les deux décrocheurs ont donc été relaxés pour « motif légitime », au vu de l’urgence climatique !

Arbitrage surprenant mais audacieux, puisque le jugement souligne les manquements de la France en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de son importante consommation énergétique.


Crédits photo de couverture : © Facebook/COP21-Action non-violente

Envoyer à un ami